Se connecter

Repas de Noël : top 5 des convives cauchemardesques

C’est moche à dire, mais on aimerait autant ne pas les avoir à dîner le soir de Noël.

 

  • Le ventre

 

C’est Noël, vous avez donc cuisiné généreusement. Seulement, il a un appétit tellement débridé qu’il expédie le contenu de son assiette en une seconde chrono, se ressert au bout de trois… Conclusion, vous avez l’air d’avoir radiné sur les proportions. 

 

  • L’intolérant à tout

 

Il ne mange ni gluten, ni lactose, ni fruits secs, ni œufs, ni fruits exotiques depuis plus de 10 ans et a toujours d’atroces histoires de chocs anaphylactiques à raconter. L’angoisse.

 

  • Le vegan

 

Votre menu de Noël : huîtres, foie gras, volaille et bûche à la crème. En un mot, les grands piliers de l’exploitation animale. Et on ne parle même pas de ce petit pull en cachemire que vous portez.

 

  • Le dégoûté

Les fruits de mer ? Erk, gluant. La viande ? Trop sanglant. Quant aux marrons, ils ressemblent, selon lui, a de minuscules cerveaux. Bref, il est plus difficile qu’un enfant qui vient d’arrêter le lait en poudre. Désespérant.

 

  • Le fin connaisseur

 

Il ne boit que des grands crus et se fournit EXCLUSIVEMENT chez les meilleurs producteurs/éleveurs de la région. Bref, vous sentez déjà le regard de pitié qu’il vous lancera lorsque vous apporterez votre volaille qui n’a pas eu six hectares pour s’ébattre.

 

Contenus sponsorisés

Vidéo suggérée

Vous regardez : Sauce bolognaise
Chargement du lecteur
  • Pinterest 750 grammes
  • Youtube 750 grammes
  • Google 750 grammes
  • Instagram 750 grammes
Webedia Food