• Connexion
  • Inscription
Ustensiles de cuisson Cristel en Inox

Cristel une entreprise française qui fabrique des casseroles, sauteuses, fait-tout, Wok, poêles, etc. en Inox (acier inoxydable). C'est du haut de gamme, une batterie de cuisine que vous allez garder toute une vie. Plus de 90% des produits de la marque Cristel sortent de l'usine de Fesches Le Chatel en Franche-Comté (France). Cristel est en tête des entreprises qui ont le label « Origine France Garantie ». L'histoire de l'entreprise Cristel pourrait faire l'objet d'un film émouvant sur l'amour d'une région, le talent et la passion d'un créateur, la passion et la persévérance d'une experte comptable. Nous avons eu la chance de visiter leur usine et de rencontrer la famille Dodane qui dirige l'entreprise aujourd'hui.

La belle histoire de Cristel

L'entreprise Cristel est née des cendres de l'empire Japy, un site industriel créé à Fesches Le Chatel en 1826. Japy fabriquait des crinolines, des lessiveuses et des casseroles pour lesquelles il fallait battre le fer à la main, les emboutisseuses n'existaient pas. 

 

C'est en 1850 que sort la première casserole emboutie, très remarquée par le roi Louis-Philippe lors de l'exposition universelle. Elle est aujourd'hui dans le hall d'accueil de l'entreprise Cristel.

 

Japy a connu des heures prospères mais, 3 guerres ont eu raison de sa réussite : perte de savoir-faire, manque de modernisation, manque de vision d'avenir et conflits sociaux. Commence alors une valse des repreneurs, dont certains partent avec les subventions de l'Etat. Malgré l'argent injecté, Japy ferme ses portes en 1981 et pose des scellés sur l'usine.

 

De l'autre côté de la route, des ouvriers de Japy qui travaillent sur un gros marché des pompes manuelles pour la Marine nationale et qui se retrouvent sans travail faute de matières premières décident de ne pas baisser les bras et font sauter les scellés. Tout en s'organisant en coopérative ouvrière, ils réparent les machines, les graissent et continuent sur la lancée de Japy en fabriquant des casseroles. 

 

L'activité reprend avec seulement deux clients. La région de Montbéliard s'inquiète de la viabilité de l'entreprise et des problèmes d'emploi qui pourraient surgir. Elle dépêche une experte comptable, Bernadette Dodane qui remarque rapidement que la coopérative vend à perte.

 

Elle demande à son mari, Paul Dodane, technicien concepteur de chez Peugeot de jeter un oeil à l'outil de production. 

 

Son mari, décrète que les outils de fabrication sont de bonne qualité. Par passion mais aussi par amour de la région, il travaille bénévolement pour aider la coopérative à sortir de cette impasse.

 

Tout en travaillant chez Peugeot, il a la brillante idée de concevoir toute une batterie de cuisson qui peut passer du fourneau à la table, grâce à des poignets amovibles. L'idée était de se démarquer de la concurrence en faisant une batterie de cuisine aux lignes pures et contemporaines qui pouvait passer du feu à la table mais aussi au four. La coopérative n'a pas les moyens d'embaucher un designer c'est Paul Dodane qui va créer les modèles. C'est toujours le cas aujourd'hui.

 

Et parce que ce n'est pas le tout de créer, Paul Dodane les aide à produire en venant tous les matins et les soirs en plus de son travail chez Peugeot. 

 

A cette époque, la collection est présentée dans un écrin fabriqué avec un copain pour le salon Bijorhca et c'est un succès.  Il travaille alors à mi-temps dans la coopérative, cette fois avec un salaire.

 

En 1984, il met au point le système de manche amovible. En Janvier 86, nouveau salon et nouveau succès.

 

Malheureusement le compte d'exploitation est toujours en déficit et l'entreprise est en grand danger avec notamment des repreneurs qui envisagent d'externaliser en Allemagne. 

 

Et c'est là que l'histoire devient encore plus belle

Grâce à la combativité de Madame Dodane qui a su convaincre les banques de les aider (elle a même menacé un banquier de ne pas quitter son bureau), au souhait du président du tribunal de commerce de faire le bien pour la région, au soutien des salariés de la coopérative et au travail acharné de Paul Dodane à la création et à la production, une nouvelle société est créée avec 27 employés de l'entreprise. C'est Paul et Bernadette Dodane qui en sont les dirigeants.

 

Ils devront tout de même hypothéquer leur maison pour faire face à un emprunt afin de payer les frais de reprise mais tout est bien qui finit bien.

 

Aujourd'hui, l'entreprise est autofinancée à 100%. C'est toujours une entreprise familiale qui représente 70% du marché des batteries de cuisson haut de gamme. Ils sont leaders au Japon depuis 1992, au moment où l'aluminium dans les matériaux de cuisson a été décrété dangereux.

 

Pour la petite histoire, Cristel est la contraction de deux noms : Cristal et Chatel qui étaient déjà utilisées par d'autres marques. 

 

Vidéo suggérée

Dans le même univers