• Connexion
  • Inscription
Cette marque incontournable de nos cuisines risque de disparaître définitivement

Cette célèbre marque est en très grande difficulté. Comment cette institution culte de nos placards de cuisine a pu se retrouver au bord de la faillite ? 


 

Voir la suite de cet article plus bas
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en mars ? Video 1 sur 2

Adobe stock

Dans les années 50, c’est une vraie révolution qui débarque dans les foyers américains. Tupperware et ses nouvelles boîtes en plastique simplifient grandement le stockage des aliments frais dans le réfrigérateur. Il faut attendre les années 60 pour qu’elles arrivent sur le marché français. 

 

“Les fameuses soirées Tupp” deviennent le symbole de la vente à domicile et le nom tupperware est même inscrit dans le dictionnaire pour désigner un récipient alimentaire en matière plastique avec un couvercle hermétique. Soixante-dix-sept  ans après, la marque américaine semble à bout de souffle avec une chute de 49% de la valeur des actions à la bourse de New York la semaine dernière. Le géant des boites alimentaires doit maintenant trouver 700 millions de dollars pour redresser la barre. Les conséquences de divers changements au fil des décennies auxquels Tupperware© n’a pas su forcément s’adapter. 

Une rude concurrence made in china

À partir des années 80, la marque va commencer à subir une concurrence importante avec des produits en provenance de Chine qui commencent à inonder le marché. Les prix sont en moyenne 3 fois inférieurs à ceux pratiqués par Tupperware©. Le mode de distribution devient lui aussi un frein quand on peut simplement acheter ses récipients dans la grande distribution ou dans les bazars.

 

Pour riposter, elle lance des innovations pratiques et joue aussi avec une fabrication française de qualité dans son usine de Joué-les-Tours. Malheureusement, l’aventure bleu-blanc-rouge s’arrête en 2018. Le développement du e-commerce comme Amazon vient, lui aussi, compliquer la situation.

Du plastique qui n’a plus la cote

 

Si la marque est devenue un nom générique du quotidien au même titre que frigo ou post-it, la génération des moins de 35 ans n’en achète plus et traîne une image vieillotte. Et contrairement aux paroles de la chanson, le plastique n’a plus rien de fantastique. Dans les années 2010, le bisphénol A, présent dans ce type de produits ou dans les biberons, commence à être pointé du doigt. Pour des raisons de santé et environnementale, de plus en plus de consommateurs se tournent vers des récipients en verre, en fibres de bambou ou en matières recyclées. 

L’explosion du prix du plastique ces derniers mois vient ajouter des difficultés supplémentaires. Aujourd’hui, l’entreprise se retrouve sérieusement en danger de faillite et doit rapidement redresser la barre sous peine de disparaître.