• Connexion
  • Inscription
Poulet aux 40 Gousses d'ail de Lomagne
Icone étoileIcone étoileIcone étoileIcone étoileIcone étoile
3.9 / 5 10 avis
Imprimer
Poulet aux 40 Gousses d'ail de Lomagne - Photo par isa-mariePoulet aux 40 Gousses d'ail de Lomagne - Photo par isa-marie@ Isa-marie
i
Par Isa-marie

Un poulet fermier moelleux à la peau croustillante et aux appétissants parfums d'ail rôti ça vous tente ? Si j'ajoute que la recette est à la fois facile et ultra délicieuse... je pense que vous aurez envie d'essayer à votre tour...

Ingrédients (6 personnes)

  • MarjolaineLes feuilles de deux branches de marjolaine
  • Sel ou sel finSel
  • Poivre du moulinPoivre du moulin
  • Les feuilles de deux branches de sarriette
  • ThymLes feuilles de trois branches de thym
  • Ail40 gousses d'ail (ici de Lomagne)
  • LaurierDeux feuilles de laurier sauce
  • Un poulet fermier dodu

Préparation

Préparation :
Cuisson :
  1. 1

    Découper le poulet en morceau et les assaisonner. Les placer dans le plat à four de façon qu'ils soient tous à plat.

  2. 2

    Dans les interstices faufiler l'ail et les aromatiques. Ajouter de l'eau (ou du vin blanc sec) au quart de la hauteur. Cuire à 220° 35 minutes. Servir avec du petit épeautre.

Conseils

Le poulet fermier : pour ce plat j'ai préféré le préparer en morceaux avant cuisson. Rien ne m'agace plus qu'une volaille à couper alors qu'elle sort du four : elle refroidit, cela éclabousse partout, on attend, il y a toujours une ou deux coupes pas bien nettes... Définitivement je préfère faire la découpe à cru. Car alors, au sortir du four, lorsque tous les arômes se libèrent, le plat est tout prêt, il n'y a plus qu'à se servir. Les 40 gousses : cela parait beaucoup ? Non vraiment essayez. Trois têtes d'ail ont suffis. Et puis il y a toujours un petit malin qui va essayer de les compter... L'idée est juste de donner la vedette à ces délicieuses gousses : on les répartit en vrac autour du poulet, sans les éplucher. Elles cuisent avec la viande et son jus, et pour les déguster c'est facile : on appuie dessus avec les dents de la fourchette et la pulpe de l'ail, devenue fondante, sort toute seule. Il ne reste plus qu'à la tartiner sur une belle tranche de pain de campagne, de la mélanger à la sauce, ou de la mêler au petit épeautre qui accompagne le plat. Le petit épeautre ? Pour en savoir plus c'est ici (click)... La sauce : elle est juste composée d'un peu d'eau que l'on ajoute au fond du plat, de la (bonne) graisse du poulet qui fond à la cuisson, et des aromatiques qui consolident les saveurs... Les aromatiques : elles ne sont pas nécessaires. Pour ma part j'en mets toujours, elles poussent au jardin juste à côté de ma porte de cuisine, les cueillir devient un réflexe. Thym, sarriette, laurier sauce vont très bien. La marjolaine et le romarin aussi. Veiller à ne pas en mettre trop si on veut laisser la vedette à l'ail. Sinon, il n'y a pas de limites on en met autant qu'on veut.

Commentaires

Idées de recettes
Vidéo suggérée
Vous regardez : Rôti de magrets, farci aux cèpes et girolles