• Connexion
  • Inscription
Crêpes vendues à la sauvette à Paris : la pâte stockée dans des bouches d'égouts ou des trappes électriques, un vrai risque sanitaire !

Les vendeurs à la sauvette de crêpes sur le Champ-de-Mars à Paris ne respecteraient pas les règles d’hygiène élémentaires. Un vrai danger pour les consommateurs qui opteraient pour leurs services.

Voir la suite de cet article plus bas
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en février ? Video 1 sur 2

Adobe Stock 

Il y a certains lieux incontournables à visiter à Paris. Impossible de ne pas se balader vers le Trocadéro pour apercevoir la Tour Eiffel et descendre sur le Champ-de-Mars. Si les touristes s’arrêtent régulièrement pour prendre quelques photos souvenirs, ils sont également nombreux à vouloir manger quelques crêpes pour l’heure du goûter. Une envie qui peut paraître anodine à première vue et pourtant… En plus de n’être pas êtres autorisés, ces stands représenteraient un vrai problème sanitaire.

“Beaucoup utilisent de la pâte surgelée stockée dans des conditions douteuses”

Une enquête réalisée par Le Parisien a mis en avant le danger des vendeurs de nourriture à la sauvette particulièrement présents vers le Champ-de-Mars. En effet, en plus de ne pas avoir d'autorisation de vendre des crêpes, ils ne respecteraient pas les les normes d’hygiène élémentaires.

 

Dans ce reportage, en dessous d’une trappe ERDF sous la tour Eiffel, des hommes ont découvert un seau en plastique rempli de pâte à crêpes sous un couvercle de ciment. L’un des habitants du quartier explique en effet à nos confrères qu'à défaut d’avoir un réfrigérateur, ces vendeurs à la sauvette stockent les pâtes à crêpes “dans les bouches d’égout, les trappes ERDF ou du chauffage urbain”. Il faut dire que les conditions sanitaires ne sont absolument pas respectées par ces vendeurs comme l’explique un autre riverain au Parisien, qui, de ses fenêtres, est aux premières loges : “La nourriture, ravitaillée discrètement certains soirs par un camion non réfrigéré, est trimballée entre les allées", "Elle est ensuite chauffée ou réchauffée sur des braséros de fortune posés sur des caddies ou des vélos-cargos, équipés de bonbonne de gaz qui nous font peur”

 

Un marchand de crêpes qui observe cette concurrence n’est pas plus rassurant : “Beaucoup utilisent de la pâte surgelée stockée dans des conditions douteuses. Pour masquer l’odeur et le goût rance, ils l’aspergent de sucre vanillé”, explique-t-il au Parisien.

“Les policiers saisissent et détruisent 30 kgs de marchandise”

D'après le Cabinet de la maire d’arrondissement (LR), Rachida Dati, depuis quelque temps maintenant la police municipale est contrainte d’intervenir trois fois par semaine : “À chaque intervention, les policiers saisissent et détruisent 30 kgs de marchandise. Pendant la semaine du 11 au 16 septembre, ils ont saisi 380 bouteilles d’eau, 50 de vin, 200 de bière et 90 épis de maïs”.

 

Toutefois, d'après Nicolas Nordman, adjoint à la mairie de Paris en charge de la sécurité et de la police municipale, il est important avant toute chose d’alerter sur le sujet : “ Il faut prévenir les potentiels consommateurs, souvent des touristes, de la dangerosité des produits en vente, car c’est un véritable enjeu de santé publique”.

 

En effet, à moins de 300 jours des Jeux olympiques qui se déroulent à Paris, la situation inquiète.


Dans le même univers