• Connexion
  • Inscription
Foire aux vins 2021 : comment bien choisir une bouteille de vin ?

De début septembre à la mi-octobre, c’est la foire aux vins. L’occasion de refaire le stock de vins rouges, vins blancs et rosés. Seul bémol, vous n’y connaissez pas grand-chose en vin et, à part les grands noms que l’on connaît tous, vous ne savez pas comment choisir un vin qui ne coûte pas un bras. Voici les conseils d'une œnologue consultante pour vous aider. 

Règle n°1 : C’est pour ce soir ou pour plus tard ?

Un vin à stocker peu de temps, longtemps ou à boire dès à présent ? Adobestock

Vous ne choisirez pas la même bouteille de vin selon que vous vouliez la boire ce soir, dans les 3 ans ou dans 10 ans. Si vous n’avez pas de cave, les vins ne vieilliront pas bien. Inutile de les gâcher, autant opter pour des vins à boire jeunes. Bonne nouvelle pour le porte-monnaie : ils sont généralement moins chers que des vins “de garde” qui se bonifient avec le temps.

 

Comment reconnaître un vin à boire ce soir ? 

 

Pour ce soir, vous pouvez prendre des vins légers si vous aimez. Mais si vous voulez un vin plus puissant pour boire ce soir, choisissez un vin qui a déjà 6 ans d’âge minimum (entre 6 et 10 ans, il sera prêt à la dégustation, comme s'il sortait de votre cave après des années de maturation). 

 

Comment reconnaître et choisir un vin à boire jeune ? 

 

Ce type de vin doit être léger et pas trop puissant. Généralement, des vins mis en bouteille rapidement après la récolte conviennent à cette caractéristique puisqu’ils ont peu de tanins. Marie-Laurence Porte, consultante œnologue chez Enosens, nous aide à y voir plus clair. "Les vins de soif ont un degré d'alcool peu élevé et se boivent facilement. Après, il faut évidemment adapter son choix à l'utilisation que l'on va en faire. On ne va pas prendre un vin à 15° d'alcool si on le consomme avec des crustacés" explique la spécialiste. 

 

Pour vous aiguiller, cherchez certains cépages comme le Pinot noir, le Cabernet Franc ou le Gamay qui sont fruités et légers. Pour les blancs, l’Apremont et le Sylvaner se boivent jeune. Les appellations Côtes de Gascogne ou Bordeaux blanc correspondent bien à ces critères.

 

Comment reconnaître et choisir un vin de garde ? 

 

Si vous possédez une cave (une vraie ou une cave à vin réfrigérée), vous pouvez vous faire un stock de vins que vous laisserez se bonifier. Ce sont des vins que l’on achète aujourd’hui pour les boire dans 10 à 15 ans pour les meilleures appellations, 7 ans en moyenne.

 

Pour se garder longtemps, ces vins doivent contenir beaucoup de tanins et de polyphénols. Cela prouve qu’ils ont fermenté longtemps avec les peaux de raisins (qui contiennent les tannins) au point de transformer le sucre des fruits en alcool. Ils seront puissants en bouche. "Plus les vins sont riches, plus ils sont aptes au vieillissement" explique l'œnologue consultante chez Enosens.

 

Pour vous aiguiller, cherchez des cépages typiques des vins de garde comme le Cabernet Sauvignon, le Grenache ou le Syrah. Les grands crus sont évidemment des bons vins de garde. 

 

Pour les effervescents, la question ne se pose pas. "Un effervescent ne se garde pas. Il faut le boire dans l'année ou dans les 2 ans maximum" insiste Marie-Laurence Porte. Comme ça, c'est clair.

 

Règle n°2 : Il y a médaille d’or et médaille d’or

Certaines médailles sont preuve de qualité, d'autres non. Adobestock

Un vin classé, c’est forcément un bon vin ?” La réponse est non.

 

Prenons un exemple : A 7 ans, vous avez été dans le classement du meilleur déguisement de l’école primaire. Ce n’est pas parce que vous avez remporté le 1er ou le 3ème prix que votre costume était objectivement bien. S’il n’y avait que 3 participants dans toute l’école, que l’on remettait des prix à la moitié des inscrits ou que les déguisements des autres étaient particulièrement ratés, votre classement n’a pas beaucoup de valeur. Votre médaille a peut-être impressionné vos copains de classe, mais à l’échelle internationale elle ne fait pas grande impression.

 

On n'a rien contre votre déguisement de primaire, mais c'est un exemple imagé pour vous faire comprendre que pour un vin classé ou médaillé, c’est pareil. La médaille peut être une preuve de qualité comme une indication inutile ; tout dépend du sérieux et de l'échelle du classement. Si vous voulez vous fier à une médaille, cherchez celles du concours général agricole par exemple, mais pas que. 

 

"Les médailles sont un repère pour ceux qui ne s'y connaissent pas. Mais je conseille de prendre des médailles d'or à des concours régionaux plutôt qu'internationaux. Un Bordeaux médaillé à un concours régional aura la typicité d'un Bordeaux et aura été goûté par des personnes qui connaissent les spécificités de la région. Dans un concours international, le même bordeaux sera noyé dans la masse, et le jury ne sélectionnera pas les vainqueurs selon la typicité du produit mais selon leurs préférences de goût tant il y aura une diversité de style en lice" détaille Marie-Laurence Porte.

 

Règle n°3 : Regardez le millésime si vous vous y connaissez

Comment choisir un vin ? Adobestock

Le millésime, c’est l’année qui est écrite sur la bouteille. Ca correspond à l’année de récolte de 85% du raisin qui compose votre bouteille. Et ça change quoi ? D’une année sur l’autre, la météo n’est pas la même. Or, vous le savez, des bons fruits gorgés de saveurs ont besoin de soleil et de pluie pour mûrir parfaitement. Selon l’année de récolte, vous pouvez vous rappeler de la météo qu'il faisait et savoir si les raisins ont développé tous leurs arômes ou s’ils ont pourri sur les vignes (à cause de pluie avant les vendanges), s’ils ont poussé en mode “survie” (trop de sécheresse) ou s’ils n’ont pas suffisamment mûri (à cause du manque de soleil). En 2021 par exemple, la récolte de vin a chuté de 30% et les vignes ont subi mauvaise météo et maladies.

 

Mais il ne faut pas se fier aveuglément à l'année écrite sur la bouteille. "Pour se fier aux millésimes, il faut s'y connaître un minimum" met en garde la consultante. "Quand on dit que l'année 2013 est un excellent millésime, c'est vrai pour un Côtes du Rhône. Par contre, ce sera un petit millésime pour un Bordeaux. Un millésime peut être très bon pour une région et un peu moins pour une autre" conclut-elle.

 

Règle n°4 : Regardez les appellations

AOP, AOC : des appellations qui peuvent vous aider. Adobestock

Par contre, ce à quoi vous pouvez prêter attention, c’est aux mentions AOC et AOP. Ces appellations assurent le respect d’un cahier des charges strict. Si ces vins sont des valeurs sûres, ça ne veut pas dire pour autant que ceux qui n’ont pas d’appellation ne sont pas bons. C’est simplement une indication qui peut vous aider à faire votre choix, mais elle ne fait pas tout.

 

Par contre, la règle d'or pour les grandes appellations, il faut mettre le prix. Un Chardonnay ou un Chablis à un prix dérisoire, ça cache rarement une bonne surprise. Idem pour les vins effervescents : il vaut mieux un bon Crémant qu'un mauvais Champagne. Inutile donc de chercher à tout prix les meilleures appellations si l'on n'y met pas le prix.

Règle n°5 : Regardez le nom de domaine

Le nom de domaine est une preuve de qualité du vin. Adobestock

Un domaine reconnu l’est pour la qualité de son vin. En achetant une bouteille avec un grand nom de domaine, vous êtes certain de ne pas vous tromper. Le risque, c’est que vous vous cantonniez toujours à ces valeurs sûres et que vous ne découvriez jamais de petites nouveautés pas encore très connues.

 

Mais, dans la majorité des cas, "une bouteille de propriétaire sera mieux qu'un bouteille de négociants" glisse Marie-Laurence Porte. Et lorsqu'on luit demande si elle a un dernier conseil pour choisir son vin quand on n'y connaît rien, la spécialiste nous préconise d'acheter le guide hachette pour avoir un minimum de repères. Mais surtout, il faut goûter, se faire un avis et noter les bouteilles que l'on a appréciées.

 

Maintenant que vous savez choisir une bouteille selon votre utilisation et vos attentes, demandez-vous si vous savez combien de temps se garde une bouteille de vin ouverte. Si la réponse est non, on vous résume tout dans notre article.

 

Sources : Idealwine recoupé avec l'interview de Marie-Laurence Porte, œnologue consultante chez enosens. Un grand merci à Marie-Laurence Porte pour avoir pris le temps de nous expliquer avec clarté et simplicité les bases pour choisir un vin. 

Vidéo suggérée

Dans le même univers