• Connexion
  • Inscription
Les récoltes de vin en baisse de 30% en 2021

Une chose est certaine : il y aura moins de bouteilles millésimées 2021. Les épisodes de gel d'avril combinés aux fortes pluies de cet été ont causé des dégâts sur les vignes. Résultat : une perte de production de près de 30% par rapport à l’an dernier, affirme le service de statistiques du ministère de l’Agriculture.

Le gel et l'humidité mises en cause

La production de vin en baisse de 30% à cause du gel. Adobestock

Les récoltes seront “historiquement basses” cette année : voilà la conclusion, pour le moins sombre, faite par l'Agreste. La faute en partie au gel tardif d'avril dernier qui a brûlé une partie des bourgeons. Mais de ces conséquences, c'est encore un producteur qui en parle le mieux. En avril, quelques jours après la vague de froid, nous avions interviewé Jean-Baptiste Duquesne, propriétaire du château Cazebonne. Nous l'avons retrouvé 4 mois et demi plus tard pour savoir si sa vigne en avait pâti.

 

"Est-ce que la vigne allait nous donner de nouvelles grappes, c'était la question que tous les vignerons se sont posés ? Chez nous, au final très peu de sorties, une, deux, parfois 5 grappes, quand à titre de comparaison, on taille un pied de vigne pour qu'il nous donne 8 à 10 grappes, en moyenne."

 

Mais ce n'est pas tout. Les conditions météorologiques de cet été, bien trop humides pour la saison, ont favorisé les maladies sur les vignes (mildiou et l’oïdium) et accentué les pertes. 

 

"A partir de la fin mai, et jusqu'à fin juillet, nous avons connu une pluviométrie sans précédent en Gironde [...] Autant dire, que ce sont, cette fois, les maladies qui s'en sont donné à coeur joie. Chaleur et humidité, tout ce qu'aiment ces champignons prédateurs de la vigne, le mildiou en tête. Alors, on a lutté en traitant avec les seuls produits autorisés en Bio et Biodynamie : tisanes et un peu de cuivre. On a tenu la situation comme on a pu et tous les cépages n'ont pas été à la même enseigne en terme de dégâts. Le merlot, par exemple, est très sensible, et nous avons perdu la majorité de notre récolte."

 

Des récoltes divisées par 5 dans certaines régions

Si ce n’est pas la première fois que les vignerons connaissent un épisode de gel, rappelons les printemps de 1991 et de 2017, ils ont été particulièrement touchés par celui de cette année. En Champagne par exemple, la production sera la plus basse de ces 40 dernières années, ce qui pourrait pousser les professionnels à utiliser les réserves de vins des années précédentes. L’herbe n’est pas plus verte ailleurs : dans l’Yonne, ce sont les ⅔ de la production qui ont été détruites alors que l’on estime à 1/5ème le potentiel de récolte dans le Jura. En Alsace en revanche, les vignobles ont été faiblement touchés par le gel.

 

La quasi-totalité des bassins viticoles a été touchée par le gel printanier, avec une intensité variable, notamment selon le cépage ou les bassins viticoles” précise le communiqué de presse d’Agreste. 

 

-25% de récoltes par rapport à ces dernières années

Le gel et les maladies ont réduit les récoltes. Adobestock

Des aléas climatiques qui ne sont pas sans conséquences puisque, selon le service de statistique du ministère de l’Agriculture, les récoltes seront 25% inférieures à la moyenne de ces 5 dernières années.

 

33,3 millions d’hectolitres pourraient donc être récoltés selon les estimations faites ce 1er septembre contre 44,2 en 2020. Et l'Agreste de préciser “Le rendement serait proche de celui de 1977, année où la récolte viticole avait été réduite par un gel destructeur et des précipitations estivales.” De quoi fragiliser notre position de premier pays exportateur de vin et deuxième producteur juste après l’Italie. 

 

Une plus petite production, mais de meilleure qualité ?

Tout n'est pas perdu pour autant. En commençant sa récolte plus tardivement que de coutume, Jean-Baptiste Duquesne s'est rendu compte que si la quantité n'était pas au rendez-vous, la qualité elle était bien présente. 

 

"Nous venons juste de commencer les vendanges hier (8 septembre) sur les blancs, avec de très petits volumes, mais une excellente qualité. Les raisins sont sucrés, bien mûrs, amis conservent une acidité, que nous n'avions pas connue ces dernières années. Tous les éléments pour faire de grands vins, surtout si le soleil reste au rendez vous pour les deux ou trois prochaines semaines."

 

Peu, mais de très bonne qualité : ne serait-ce pas là un mal pour un bien ? Les vins en biodynamie du domaine Château Cazebonne sont disponibles à la vente sur leur site. Mais au fait, savez-vous combien de temps se garde une bouteille de vin ? On vous dit tout dans notre article.

 

Un grand merci à Jean-Baptiste Duquesne pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Vidéo suggérée

Dans le même univers