• Connexion
  • Inscription
Laitue vs salade en sachet : pourquoi une telle différence de prix ?

Pendant que la tourte finit de cuire et que la table est dressée, on a tout juste le temps d’ouvrir un paquet de mâche ou de roquette et de la verser telle quelle dans le saladier avant que tout le monde ne passe à table. Comme 3 foyers sur 4, vous optez pour la facilité avec ce sachet de salade. Mais ce gain de temps a un prix : 12 euros le kilo pour des salades en sachet contre 2 euros en moyenne le kilo de salade en vrac. Qu’est-ce qui justifie cette énorme différence de prix ?


 

Comment expliquer la différence de prix entre les salades en vrac et en sachet ? Adobestock

Sur le ticket de caisse, les salades en sachet alourdissent un peu la note. Il faut dire que leur prix au kilo est jusqu'à 6 fois plus cher que les salades vendues en vrac. Au rayon légumes, la feuille de chêne est vendue environ 2 euros le kilo. Une allée plus loin, dans le rayon des 4èmes gammes, la salade vous sera facturée 12 euros le kilo en moyenne. Comment s'explique cette différence de prix ?

 

Les salades en sachet sont un gain de temps

Le temps, c’est de l’argent. Et à en croire le syndicat des fabricants, on économiserait 10 minutes à chaque fois que l'on achète une salade prête à manger. Et pour cause, on zappe l’étape du tri, du lavage, de l’essorage et de la découpe. Et visiblement, ces 10 minutes sont précieuses puisque ce n'est pas moins de 290 millions de sachets de salade qui sont vendus chaque année rien qu'en France, selon Thierry Dubois, Président de la collective des fruits et légumes frais prêt à l’emploi. Pour la petite anecdote, ça fait 48 heures de gagnées. Pas mal, hein ?

 

Un zéro pour l’écologie

Vrac vs sachet : quelles différences ? Adobestock

On croit parfois (à tort) que ces salades sont lavées à l'eau de javel pour être aussi propres et tenir longtemps. La réalité est tout autre : elles sont lavées avec de l'eau chlorée (les doses sont minimes, quasi celles de l'eau qui sort de votre robinet) puis rincées à l'eau glacée.

 

Le problème ? Les dizaines de litres d’eau utilisées pour laver, traiter et rincer ces feuilles et les débarrasser de la terre et des éléments pathogènes que l’on pourrait y retrouver. Pour notre santé, c'est très bien. Pour celle de la planète, un peu moins. Pour 1 kilo de salade en sachet, c’est pas moins de 20 à 30 litres d’eau qui sont écoulés, soit l’équivalent de 2 à 3 chasses d’eau. La planète aussi paye le prix fort avec les salades en sachet.

 

Et le bio dans tout ça ? Evidemment, pour avoir l'autorisation d'apposer la mention biologique sur l'emballage, interdiction formelle d'utiliser du chlore. Mais pas question pour autant de vendre des salades impropres. La solution, c'est donc de laver à l'eau seulement. Mais pour que les résultats soient tout aussi probants qu'avec du chlore, il faut beaucoup, beaucoup, beaucoup d'eau. Pour un kilo de salade bio emballée, ce sont pas moins de 100 litres d’eau (l’équivalent de 2 douches) qui sont utilisés. Le bio, c’est pas toujours beau à voir.

 

Et tous ces frais d'infrastructure et de main d'œuvre, ça a un coût pour l'industriel. Un coût qui correspond à 40% du prix final, soit un peu moins d'1 euro sur un sachet de 200g de salade (0,96 centimes si vous voulez faire les comptes). 

 

Ca vient d’ici

On ne peut pas dire que les coûts de transport justifient une différence de prix entre salades prêtes à l'emploi et salades en vrac. Dans un cas comme dans l'autre, elles viennent en majorité de France ; parfois d'Italie ou d'Espagne lorsque les températures sont trop fraîches chez nous. Sur une salade en sachet, le coût de transport représente seulement 10% du prix total (comme on aime les maths, on a compté pour vous : ça fait environ 24 centimes sur le prix du sachet de 200g). 

 

La salade est encore bonne ?

Salade prête à l'emploi vs en vrac. Adobestock

Bonne nouvelle : une salade en sachet tient généralement plus longtemps (8 jours) qu’une grosse laitue (2 jours), à condition que le sachet ne soit pas ouvert. Rayez tout de suite de votre esprit l’idée de qu’il y aurait des conservateurs, des produits chimiques ou des additifs pour aider à cette bonne conservation. "Nous n'utilisons aucun conservateur. La conservation e nos produits est assurée par un excellent nettoyage et pas des sachets parfaitement étanches" rassure Nicolas Mérienne, directeur de site, dans une vidéo. C'est tout bête, mais enfermées dans le sachet, les feuilles de salade sont en contact avec moins d'oxygène, elles s'abîment donc moins vite.

 

Cet emballage protecteur n'est pas gratuit : il représente 5% du prix final d'une salade toute prête. Toujours sur notre sachet de 200g à 2,4 euros, ça équivaut à 12 centimes du prix. 

 

Ca, c’est une belle salade !

Autre raison qui explique le prix plus élevé des salades en sachet par rapport aux laitues à l'étalage : le tri qui a été fait au préalable. On en parlait déjà au début de cet article, les salades emballées sont nettoyées et les industriels ne gardent que les plus belles feuilles pour les empaqueter. Pour vous donner un ordre d'idée, les industriels gardent en moyenne 60% des feuilles de salade pour la vente aux consommateurs. "On va retirer le trognon, les feuilles externes et les éventuelles pointes abîmées" précise Nicolas Merienne, directeur de site. Ces déchets serviront pour le compost ou l'alimentation des animaux.

 

Cette salade est ce qui coûte le plus cher dans un sachet (45% du prix final). Sur votre ticket de caisse, avec votre sachet de mâche à 2,4 euros, il y a un peu plus d'un euro (1,08 euros si vous voulez tout savoir) qui correspond à la matière première. 

 

96 centimes pour les frais d'infrastructure et de main d'œuvre + 12 centimes pour l'emballage, ce à quoi on ajoute 1,08 pour la salade et 24 centimes pour le transport : le compte est bon. Maintenant, vous savez réellement ce qui explique la différence de prix entre une salade en vrac et une salade en sachet. 

 

Sources : Francetvinfo , Lemagdelasanté et Les-Salades.

Vidéo suggérée

Vous regardez : La meilleure façon de faire un taboulé

Dans le même univers