• Connexion
  • Inscription
Nouilles instantanées : elles contiennent un ’ingrédient controversé qui les rend si addictives !

Au poulet, au boeuf, façon ramen, depuis quelques années les nouilles instantanées se sont installées dans nos habitudes alimentaires. On vous explique quel est le secret de ce produit et quel est son impact sur la santé des consommateurs.

Voir la suite de cet article plus bas
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en mai ? Video 1 sur 2

Adobe Stock 

Pratiques et faciles à préparer, les nouilles instantanées ont déjà séduit de nombreux consommateurs. Elles varient des traditionnelles pâtes au beurre et du riz et sont prêtes en quelques minutes seulement. De plus, avec l’engouement autour de la cuisine coréenne et japonaise, ces nouilles connaissent un véritable succès sur les réseaux sociaux où elles sont préparées avec une sauce pimentée et quelques carrés de cheddar. Difficile de résister à cette tentation. Tester des nouilles vous rendra presque addictif et pour cause, cela n’est pas anodin. En effet, ces noodles contiennent en réalité un ingrédient qui fait toute la différence. On vous explique tout.

Les nouilles instantanées addictives ? Oui !

Chaque année dans le monde, la RTS (Radio Télévision Suisse) l’affirme : on compte plus de 100 milliards de nouilles instantanées consommées. Cette invention japonaise datant de 1950 et créée par Momofuku Andō se déguste aujourd’hui aux quatre coins du monde. Elles sont même devenues virales sur les réseaux sociaux. Impossible de ne pas succomber à cette tendance culinaire et quand on y goûte, impossible de ne pas en racheter.

 

Le secret de ces nouilles ? L’umami présent, c'est-à-dire la cinquième saveur après le salé, le sucré, l’acidité et l'amertume. En effet, pour ceux qui ne le sauraient pas, l’umami a été identifié en 1909 pour la première fois par le chimiste  japonais Kikunae Ikeda qui a permis d’isoler la substance à l’origine de l’umami : le glutamate. Cette acide glutamique est présent naturellement dans certains aliments tels que le parmesan ou encore les tomates séchées. Mais aujourd'hui, la RTS explique également qu’il est “aussi fabriqué chimiquement” comme additif pour servir d’exhausteur de goût pour les plats préparés industriels.

Le lourd secret du glutamate

Le problème, si le glutamate est bénéfique d’un point de vue gustatif, ce n’est pas le cas pour la santé des consommateurs. En effet, cet additif alimentaire peut être à  l’origine d’effets secondaires s’il est consommé à très hautes doses. C’est pourquoi la RTS affirme que “Les autorités sanitaires recommandent de ne pas manger plus de 30 mg de glutamate/kg de poids corporel par jour. C'est cent fois plus que ce qu'un adulte consomme en moyenne en Suisse”.

 

Ainsi, si vous voyez noter dans la liste des ingrédients une appellation comme MSG, E621, E622, E623, E624, E625, extrait de levure, vous savez que le produit contient du glutamate et qu’il est donc à consommer avec modération. Pour l’éviter au maximum, choisissez de préférence des produits bruts ou ceux avec une liste courte et claire d’ingrédients et privilégiez la cuisine maison. 

Dans le même univers