• Connexion
  • Inscription
“Non, on ne se sort toujours pas de salaire avec Hugo !” : Albane Auvray de Top Chef explique pourquoi tous les deux ne se rémunèrent pas

Il n’est pas toujours facile de mener de front le métier de cuisinier et d'entrepreneur. Albane Auvray en sait quelque chose. Elle nous dévoile les coulisses de cette vie professionnelle bien remplie.

Voir la suite de cet article plus bas“Non, on ne se sort toujours pas de salaire avec Hugo !” : Albane Auvray de Top Chef explique pourquoi tous les deux ne se rémunèrent pas
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en juillet ? Video 1 sur 2

©Salomé Rateau

On le sait, Top Chef est un vrai boost dans la carrière de nombreux chefs. Albane Auvray et Hugo Riboulet en sont la preuve. Après avoir participé à la saison 14 du concours de cuisine, la jeune femme et le gagnant ont décidé de s’associer pour ouvrir leur adresse Groot dans le deuxième arrondissement de la capitale. Une collaboration inattendue qui demande beaucoup de travail. On vous explique tout.

Le lancement de Groot

C’est quelques mois après la fin du concours Top Chef que Hugo et Albane ont donné vie à un projet commun avec l’ouverture de leur restaurant « Groot ». Tous les deux avaient l’envie de réaliser un concept de street food. Après quelque temps de réflexion, ils décident ensemble de créer une adresse dédiée à la tourte. Une idée originale et inédite qui a su aujourd’hui se faire une place dans l’univers de la food.

Une vraie réussite pour eux comme l’explique la jeune femme lors d’une interview accordée à Télé Loisirs : “On est très fiers de ce qu'on fait, parce que les tourtes, c'est quand même beaucoup de travail, mais ça correspond à nos valeurs de cuisiniers. Du coup, on voulait faire de la street food, mais pas des burgers, parce qu'on a quand même fait Top Chef. Je me suis souvenue de l'épreuve des tourtes et on s'est dit que c'était une super bonne idée”.

Un travail intense

Mais si leur établissement attire de nombreux gourmets, cela demande un vrai investissement et certains sacrifices : “Non, on ne se sort toujours pas de salaire avec Hugo ! On préfère embaucher en plus et ne pas se sortir de salaire, parce que c'est de l'investissement et des risques aussi (rires)”.

En effet, Albane affirme vouloir avec Hugo agrandir l’équipe et assurer leurs arrières pour le futur : “Aujourd'hui, on a deux salariés, on en embauche une troisième fin juin. On veut se sécuriser de plus en plus, mais c'est vrai qu'on ne se rend pas compte entre les charges, les impôts et tout ce qu'il y a à payer derrière, on n'a toujours pas moyen de se mettre un petit truc dans la poche, mais ce sera sûrement pour 2025”.

Les ambitions futures

Lors d’une interview, Hugo Riboulet nous a confié qu’ils souhaiteraient également agrandir l’enseigne. Ensemble, ils voient les choses en grand pour l’avenir de Groot : “Nous, on aimerait le développer dans toute la France ; On va sûrement mettre plusieurs points de vente sur Paris. On a des propositions sur Lille aussi et on aimerait bien être sur Lyon aussi. On aimerait beaucoup miser sur tout ce qui est événementiel comme les festivals et les entreprises aussi”.

Dans le même univers