• Connexion
  • Inscription
Décryptage : 5 astuces pour (enfin) comprendre les étiquettes alimentaires

AdobeStock

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es” : si la citation du gastronome Jean Antherlme n’a pas pris une ride depuis le 19è siècle, notre façon de s’alimenter a, quant à elle, bien évolué. A commencer par le contenu de nos assiettes.

 

Rares sont les personnes qui peuvent affirmer avec certitude connaître tous les ingrédients d'un hachis parmentier prêt à consommer ou de ces pâtes carbonara à réchauffer. En cause ? Le manque de temps et d’informations pour décrypter les étiquettes au dos des produits. Voici 5 astuces simples pour enfin savoir ce que vous mangez. 

 

  • L'ingrédient le plus présent sera écrit en premier 

Le saviez-vous ? Les ingrédients utilisés dans la préparation d’un produit sont indiqués par ordre décroissant. Ainsi, celui qui arrivera en tête de liste sera l’ingrédient principal. Ainsi, lorsque la composition d'une pâte à tartiner indique sucre, huile de palme, noisettes, cela veut dire que la quantité de sucre et d'huile est supérieure à la quantité de noisettes.

 

  • Une liste trop longue, c'est mauvais signe

C’est l’heure du déjeuner et, entre deux réunions, vous n’avez pas vraiment le temps de prêter une attention aiguë à l’étiquette de ce sandwich triangle ? Jetez au moins un œil au nombre d’ingrédients. En règle générale, plus la liste est longue, plus elle sera synonyme de produit ultra-transformé. L'astuce d'Antoine Rochard de la fondation GoodPlanet, c'est de toujours se demander "est-ce que j'ai cet ingrédient à la maison ?"

 

  • Les additifs sont classés par catégories

Qui n’a jamais mangé des biscuits industriels dont la liste d’ingrédients arborait des mots imprononçables, dignes des noms scientifiques des planètes ? Ce que l’on sait moins, c’est la signification de ce E-bidule. S’il est suivi d’un nombre entre 100 et 199, il indiquera la présence de colorants. Un E200 ? Il s’agit de conservateurs. Les E300, quant à eux, prouvent l’utilisation d’antioxygènes alors que les émulsifiants et épaississants seront présentés sous l’appellation E400. Au-delà, ce sont des acidifiants ou des exhausteurs de goût, entre autres. Il faut savoir que, sur les 300 additifs du marché, 1 sur 4 est présenté comme étant à risque, selon Antoine Rochard.

 

Si vous ne voulez pas vous prendre la tête avec tous ces noms de code, ouvrez l’œil à la recherche des mentions “naturel”, “traditionnel” ou encore “à l’ancienne” qui attestent de l’absence d’additifs. Bon à savoir, n’est-ce pas ?

 

AdobeStock

  • Chaque mention officielle est contrôlée avant d'être inscrite sur le produit

Une étiquette, ce n’est pas qu’une liste d’ingrédients sans fin. Les mentions, labels et indications sont eux aussi toujours plus nombreux, au risque parfois de nous perdre et nous induire en erreur. Le meilleur moyen pour être certain de la qualité de vos produits, c'est de chercher les logos officiels.

 

  •  L'important n'est pas les calories mais la quantité de sucre

Souvent, lorsque l'on veut faire attention à la qualité nutritionnelle des produits que l'on achète, on va se pencher sur le nombre de calories. Mais cela n'est pas un indicateur fiable. Il vaut mieux regarder la teneur en sucres, sous toutes ses dénominations.

 

Sans sucre” : le produit ne contient pas plus de 0,5g de sucre pour 100g. Lorsqu’il est "allégé" ou "réduit en", c’est qu’il en contient 30% de moins qu’un produit similaire standard. Et "sans sucre ajouté" ? Cela veut dire qu'aucun sucre n'a été ajouté, mais le produit peut en contenir naturellement, et dans ce cas il ne sera pas mentionné dans la liste des ingrédients.

 

 

Pour s'y retrouver, le mieux reste encore d’acheter les produits bruts et naturels et de les préparer soi-même. Ainsi, vous  contrôlerez la quantité de sel, de sucre et de matières grasses et parfumerez le tout à votre goût ! Et avec les recettes simples et rapides  que l'on vous propose, le manque de temps ne sera plus une excuse !

 

Pour en savoir plus, découvrez nos conseils approfondis pour décrypter au mieux les étiquettes alimentaires.

Source : 60 millions de consommateurs