• Connexion
  • Inscription
Prix de la galette des rois : Pourquoi va-t-elle vous coûter plus cher cette année ?

Peut-être l’avez-vous remarqué en flânant devant la vitrine de votre boulanger-pâtissier : en 2022, le prix des galettes des rois a augmenté de quelques centimes à 2 euros selon les boutiques. Comment expliquer cette hausse des prix à l’approche de l’épiphanie ?

Confortablement installé devant notre télé, on a suivi l’émission TTBON dimanche dernier. Une émission qui nous a mis l’eau à la bouche puisqu’elle était consacrée aux galettes des rois. Cette année, c’est l’atelier P1, situé rue Marcadet dans le 18ème arrondissement, qui a remporté la bataille. En apprenant ça, vous vous dites “tiens, j’ai envie de la goûter pour voir ce qu’elle a de plus que les autres”. 

 

Problème : en plus des 20 minutes de queue devant la boulangerie -la nouvelle de leur victoire s’est répandue comme une traînée de poudre- il faut également débourser un petit budget. Comptez 24 euros pour une galette 4 à 6 parts, contre 22 euros l’an dernier. Ici comme ailleurs, le prix de la galette des rois a augmenté. 

Le beurre et l’argent du beurre

Pourquoi le prix des galettes risque d'augmenter ? Adobestock

Cela s’explique par la hausse du prix du beurre, qui a grimpé de 30% en seulement 1 an à cause de la forte demande de lait en Chine. «On va arriver avec du beurre à dix euros le kilo» s’alarme Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française devant nos confrères de France Info. Or, le beurre est l’ingrédient central dans une galette des rois. Entre la pâte feuilletée et la frangipane, le gâteau phare de l'épiphanie contient environ 50% de beurre. Ajoutez à cela le risque réel de pénurie de beurre et vous comprendrez aisément pourquoi les prix ont flambé.

 

Pour ne pas lésiner sur la qualité des matières grasses tout en maintenant la tête hors de l'eau, certains pâtissiers se résignent à répercuter cette hausse sur le prix de vente. D’autres ont préféré maintenir les prix de l’an passé au détriment de leurs bénéfices, comme l'explique Dominique Anract à Franceinfo. 

 

«Chaque artisan a ses charges. Là, tout augmente : les amandes, le sucre, les emballages, etc. Et chaque boulanger détermine son prix de revient. Donc, on ne sait pas exactement. Certains disent : on va essayer de faire le tampon en espérant que ça redescende derrière. Mais c'est vrai que là, ça ne cesse d’augmenter. Donc les prix sont variables d'un artisan à l'autre

 

La galette des rois, une mine d’or pour les boulangers-pâtissiers

La galette des rois connaît un succès fou en début d'année. Adobestock

Augmenter ou maintenir son prix : la décision n’est pas à prendre à la légère. Et pour cause, les ventes de galettes des rois représentent 50% du chiffre d’affaire de la profession en ce début d’année, avec près de 30 000 galettes vendues chaque année en quelques jours. Pour ne pas louper le coche, il faut trouver un juste équilibre entre un prix trop élevé qui refroidit les clients et un prix inchangé qui risque de faire perdre en bénéfices.

 

En attendant de se ruer dans notre boulangerie préféré pour savourer ce petit plaisir de début d'année, patientez en faisant votre galette des rois maison.

Vidéo suggérée

Dans le même univers