Connexion

Tout savoir sur le mochi qui nous fait craquer

Mochi, vous avez dit mochi ? A ne pas confondre avec moshi, moshi qui est en quelque sorte au Japon l'équivalent de notre "allo".

Le mochi surfe sur la tendance de ces petites bouchées venues d'ailleurs. Il fait partie d'un ensemble de pâtisseries japonaises consommées au moment du Nouvel An. Il peut prendre différentes formes, présentations (boules, brochettes et même glacé) et est souvent coloré de couleurs printanières. Réalisé à partir de riz gluant plus ou moins mou cuit à la vapeur, il est traditionnellement fourré de pâte de haricots azukis (daifuku mochi) et peut être salé même s'il est le plus souvent dégusté sucré.

Pour ceux qui ont très envie d'y goûter car son évocation leur fait penser à cette boule de riz gluant proposées dans les restaurants chinois, ils peuvent s'en procurer en ligne mis aussi dans des épiceries japonaises et quelques rares magasins sur Paris mais avec la montée de cette engouement il y a fort à parier qu'on le retrouver prochainement près de chez soi.

Attention aux méchants mochis ?

Depuis quelques temps, des articles fleurissent sur la toile et nous alertent sur le risque que représente l'ingestion de mochis. Alors intox ou pas ? Il s'avère qu'au Japon chaque année quelques personnes arrivent aux urgences et parfois décèdent après avoir mangé des mochis. Pourquoi ? Tout simplement en raison de sa texture gluante et collante (phénomène amplifié s'il est grillé). S'il est mangé trop rapidement, sans mâcher, il peut provoquer la suffocation et l'étouffement (il reste coincé dans l’œsophage). Un seul conseil, dégustez-le doucement, petit à petit, une bonne façon de ne pas prendre de risque pour sa santé et surtout la meilleure façon de se délecter de cette petite bouchée exotique.

Vidéo suggérée