Logo de la boutique de 750gPanier
Mon compte
  • Inscription

L’emoji raclette n’existera pas

Il n’a jamais existé et, pourtant, il nous manque déjà. L’emoji raclette n’apparaîtra pas sur nos smartphones, malgré un combat héroïque, mené par des journalistes du Monde pour le faire accepter.

 

Fans incontestés de raclette, les journalistes de Pixels (la rubrique du monde.fr dédiée aux évolutions numériques) se sont mis en tête, il y a quelques temps, de donner au plus populaire des plats d’hiver son propre emoji. Seulement, donner naissance à une nouvelle émoticône n’a rien d’une tâche facile.

Elle doit en effet être approuvée par le consortium Unicode, un organisme parfaitement sérieux, basé dans la Silicon Valley, en Californie. Ce consortium a notamment pour mission de définir quels émojis apparaîtront dans nos smartphones, ordi et tablettes. Leurs règles pour atteindre le graal sont drastiques, le chemin long et semé d’embûches (une à deux années peuvent s'écouler entre la formulation d'une proposition et l’intégration de l’emoji dans nos smartphones). L’équipe de Pixels s’y est d’ailleurs cassé les dents.

 

Un dossier argumenté de plusieurs pages

 

« Proposer un émoji ne se limite pas à l’envoi d’un simple e-mail au consortium. Il faut fournir un dossier de plusieurs pages, étayé d’arguments solides », explique Morgane Tual, de Pixels, dans l’article retraçant l’aventure « emoji raclette ». La personne qui soumet une proposition doit prouver que l’emoji est vraiment utile, capable d’illustrer plusieurs émotions ou situations, être facilement reconnaissable… Une proposition graphique de l’emoji (en deux tailles) doit aussi être adjointe au dossier.

 

Une fois le dossier envoyé au consortium, il passe entre les mains d’un sous-comité spécialisé dans les émojis, qui procède à un premier tri. Si l’emoji passe cette première étape, il est ensuite étudié lors d’une des grandes réunions trimestrielles du consortium et soumis au vote. 

 

L’emoji raclette éliminé au premier tour

 

L’équipe de Pixels n’aura attendu que douze jours : l’emoji raclette a, hélas, été rejeté dès le premier écrémage. La raclette a semblé être, au consortium, « un plat trop obscur, pas assez universel pour en faire une priorité à ajouter aux émojis nourriture. » Triste.

Vidéo suggérée

Dans le même univers