• Connexion
  • Inscription
Steaks végétaux : veggie ne rime pas toujours avec healthy

Alternative à la viande dans les burgers, mais pas que. En accompagnement de pâtes, de riz ou avec une salade : aujourd’hui, les steaks végétaux envahissent nos assiettes. En cause : leur réputation. En achetant un steak végétal, on pense d’office que c’est un produit “healthy”, moins calorique et meilleur pour la santé qu’une pièce de viande. Mais à y regarder de plus près, ce n'est pas si sûr. Un "steak" végétal peut-il vraiment remplacer un steak haché ? Voyons ça ensemble.


 

A en croire la nouvelle campagne publicitaire de Burger King, la tendance est aux steaks végétaux. Et ça ne date pas d’hier. Les galettes à base de légumes secs se sont implantées sur le marché du végétal depuis une vingtaine d’années maintenant et séduisent à la fois ceux qui veulent réduire leur consommation de viande et ceux qui cherchent à se tourner vers une alimentation plus saine. Seulement voilà, elles ne seraient pas si bonnes que ça pour notre santé. 

 

L'association nationale de défense des consommateurs "Consommation Logement Cadre de Vie" a comparé 95 produits végétaux (des galettes de légumes et céréales, des steaks hachés et saucisses qui tendent à imiter la viande et des produits panés type cordon bleu ou nuggets végétaux) et le résultat est sans appel. “Les produits contiennent en moyenne 39 % d’ingrédients d’origine végétale, le reste des ingrédients étant de l’eau, des matières grasses, des additifs…” alerte l’association. Acheter des produits constitués en majorité d'eau, ça ne nous emballe pas vraiment. Et ce n'est pas tout. 

 

Végétal oui, mais ultra-transformé aussi

Une galette végétale peut être ultra-transformée. Adobestock 

Pour vous, végétal = naturel ? Vous serez surpris d'apprendre que “80% [des produits analysés] contiennent au moins un additif [...] La majorité des additifs utilisés sont des texturants (64%), des arômes (23%), puis des colorants (3%). Les 9% restants sont des additifs divers : acidifiant, anti-agglomérant, antioxydant” précise les membres de la CLCV dans leur rapport.

 

En créant des produits qui se rapprochent au maximum de la viande sans pour autant en contenir le moindre gramme, les industriels cherchent simplement à répondre aux désirs des consommateurs en imitant la texture, la couleur ou le goût des steaks de viandes grâce notamment aux additifs.

  

Les produits végétaux bio font-ils exception à la règle ?

Les produits bio peuvent contenir certains additifs. Adobestock

Et le bio dans tout ça ? On pourrait penser que les galettes végétales et autres imitations de viandes labellisées BIO seraient plus naturelles et bonnes pour la santé. Ne vous laissez pas avoir par un simple logo car si la réglementation bio interdit l’usage d’exhausteurs de goût, de colorant et d’arômes chimiques, il autorise cependant l’utilisation d’une cinquantaine d’autres additifs variés.

 

Si l'appellation Bio n’est pas l’assurance d’un produit sans additifs, ça ne veut pas dire que ça n’existe pas. 1 produit végétal sur 5, à retrouver en majorité du côté des galettes de légumes, de céréales ou de légumineuses, ne contiennent aucun additif. C’est le cas par exemple du steak le bon végétal de Herta ou encore des galettes végétales de Bjorg à en croire l'enquête.

 

Une galette végétale peut-elle remplacer un steak de viande ?

Un steak végétal apporte-il tous les nutriments nécessaires ? Adobestock

Par facilité d’usage, nous parlons depuis le début de cet article de "steaks végétaux". En réalité, ce terme n’existe plus ; il faut désormais employer l’expression "produit d’imitation de viande". La raison ? “steak”, “saucisse” et “nuggets”, même suivis du terme végétarien, sonnent dans notre esprit comme des alternatives qui ont les mêmes intérêts nutritionnels que la viande, alors que ce n'est pas toujours le cas.

 

Selon le magazine 60 millions de consommateurs, les galettes à base de céréales ou de légumineuses n'atteindraient pas la moitié des apports en protéines d'un steak classique. Pour répondre à nos besoins quotidiens, il faudrait que les produits végétaux contiennent au moins 15g de protéines pour 100g. Mais est-ce réellement le cas ?

 

Pour savoir si une galette végétale peut remplacer un steak de boeuf, l’association CLCV a comparé les deux produits. Verdict ? Les résultats sont plutôt positifs : même quantité de protéines (presque 16%) et quasiment le même nombre de calories (185 pour la galette contre 195 pour le steak), la différence se fait plutôt ressentir au détriment de la pièce de boeuf. Elle contient 3 fois moins de fibres (1,55% contre 5%) et est 3 fois plus riches en acides gras saturés (4,45 pour le steak contre 1,23% pour la galette). En revanche, mauvais point pour le produit végétal puisqu'il est beaucoup plus riche en glucides et en sel. 

 

Notre astuce : les produits à base de tofu, de tempeh (18,5g/100g), de seitan (28g/100g), de graines de chia (19,5g/100g), de lin (20g/100g) ou de courge (18,5g/100g) sont généralement bien pourvus en protéines végétales. La spiruline est également très riche en protéines végétales (57g/100g). 

 

Une fois le taux de protéines recherché atteint, rien n’est encore gagné puisqu’il faut également que la galette soit composée à la fois de légumineuses et de céréales pour que notre organisme assimile correctement ces protéines végétales et ait un apport complet en acides aminés. Pour rappel, les protéines servent au renouvellement de nos cellules (ongles, cheveux et muscles souvent micro-lésés après un effort) et participent au maintien de notre système immunitaire. Quant aux acides aminés, ils sont indispensables à notre organisme, mais les produits végétaux pris un par un ne contiennent que certains acides aminés, il faut donc faire un savant mélange de tempeh, de lentilles corail, de soja et autres céréales et légumineuses pour avoir un apport complet.

 

Enfin, gardez toujours un oeil sur la quantité de sel et faites attention à vos apports en zinc, en fer et en vitamine B12 qui n’est pas présente dans ce type de produits.

 

Sources : CheckNews Libération, 60 millions de consommateurs, Association des consommateurs et usagers CLCV

Vidéo suggérée

Dans le même univers