• Connexion
  • Inscription
Les “Coups de pousse” de 750g pour les Légumes de Lola

750g s’engage pour le bien manger car il n’y a pas de bonnes recettes sans bons produits. Chaque jour nous partageons une cuisine qui va de pair avec une consommation de qualité et de saison. Nous ne sommes ni militants, ni culpabilisants mais juste gourmands & responsables.

Pour aller plus loin, nous soutenons avec nos “Coups de pousse” des projets agricoles locaux et responsables pour manger plus local, plus durable et toujours de saison. Ce soutien se fait en partenariat avec la plate-forme Miimosa, 1ère plateforme de financement participatif exclusivement dédiée à l’agriculture et à l’alimentation. Les “coups de pousse” 750g sont attribués à des projets agricoles français, avec un impact direct sur la transition alimentaire. 

750g abonde chaque collecte sélectionnée d'une somme généreuse et met en place une campagne de communication dédiée à chacun des 5 projets choisis en 2021.

 

Nous avons le plaisir de vous présenter le premier projet que nous soutenons : “Les légumes de Lola"

C’est un pur plaisir d’échanger avec Lola Crowet. Elle est née dans une ferme dans la magnifique région de L’Avesnois près de Maubeuge et y a vécu avec ses frères et sœurs, tout en aidant au travail de la ferme. Ses parents y produisaient des fruits et des légumes non traités vendus sur le marché local et élevaient quelques poules et vaches laitières. Après son bac, elle souhaite exercer dans l’univers du social. En attendant les concours, c’est vers des études en géographie qu'elle se dirige, jusqu’à l'obtention d’un master en milieu naturel et environnement. Lors de ses stages néanmoins passionnants, elle se rend compte que la campagne lui manque, tout comme le travail de la terre mais aussi de l’importance du travail agricole par rapport à ce qu’il apporte à un territoire.

 

Après des séjours dans des fermes en Italie dans le cadre du Woofing (mouvement destiné à participer bénévolement aux différentes activités dans des fermes bio contre le gîte et le couvert), elle travaille auprès d’un producteur italien de charcuterie bio qui lui fait participer à des salons bio dans toute la France.

En 2015, elle retourne sur la ferme familiale pour reprendre l’activité maraîchère de son père lorsqu’il décède. 

Son plaisir, c’est de fournir des produits locaux de qualité à ses clients fidèles sur le marché. 

 

“Ce sont mes meilleurs vendeurs quand ils ont le coup de coeur pour un produit. J’aime transmettre mon métier. C’est mon rôle d’expliquer qu’on ne peut pas faire pousser des courgettes en hiver dans le Nord de la France et que si en ce moment les carottes sont petites, c’est qu'il a fait trop sec cet été.”

 

Malheureusement, elle se rend compte rapidement que son outil de travail n’est pas optimum. Surface trop petite pour répondre à la demande de ses clients, terrain loin de la maison et trop difficile à irriguer (et la difficulté d’accéder au foncier).

 

“Rien ne me frustre plus que d’être en rupture de mâche sur le marché à 10 h car ma surface de culture n’est pas assez grande.”

 

Sous l'impulsion de sa famille et de ses amis qui sont des soutiens sans faille, elle se lance dans un premier financement participatif pour acquérir de nouvelles terres. "Je voulais un outil de travail beaucoup plus confortable dès l’installation"

 

Pourquoi ce financement participatif sur Miimosa ?

L'argent récolté va lui permettre d’acquérir des tunnels (ou agrandir la surface couverte). L'objectif est d'avoir plus de verdure en hiver, comme la mâche, les épinards, le pourpier qu'elle a eu à cœur de faire découvrir à ses clients mais aussi le persil et le cerfeuil qui parfument les plats d'hiver. Ils viennent compléter les cultures de plein champs comme les légumes racine (carottes, panais, radis d’hiver, topinambour, etc.), les choux et les courges comme le patidou et la courge bleue de Hongrie que ses clients apprécient beaucoup. Au printemps, ce sera au tour des légumes primeurs puis de ce que l’on appelle les légumes ratatouille (tomates, courgettes, poivrons, aubergines, etc.).

 

Lola souhaite également investir dans un système d’irrigation qui permet à la fois un arrosage plus efficace, tout en économisant l’eau, tout en évitant un travail trop physique avec transport de tuyaux et autre matériel.

 

“La demande des clients est là, c’est une chance mais je dois adapter mon outil de travail afin d’y répondre en produisant en quantité suffisante des produits bio, locaux et de qualité.”

 

A court terme, Lola souhaite cultiver des fruits rouges (fraises, groseilles, cassis et framboises) en agriculture biologique et planter un verger. 

Les légumes de Lola, tous cultivés en agriculture biologique, sont vendus par ses soins sur le marché de Maubeuge chaque samedi matin.

 

Bon à savoir : Lola accueille via le réseau WWOOF des personnes qui ont envie d’apprendre du monde paysan tout en participant à la vie de la ferme.

 

Comment participer à ce beau projet ?

Nous vous invitons tout simplement à participer sur ce lien.