• Connexion
  • Inscription
Pourquoi le Nutella risque-t-il de coûter plus cher dans les prochains mois ?

Alors que beaucoup ont vidé leur pot de pâte à tartiner pour garnir bûche roulée et autres douceurs de noël, certains médias s’interrogent sur la possibilité d’une augmentation des prix du Nutella, voire une pénurie, dans les prochains mois à cause de la crise économique que connait la Turquie. Non, ce n'est pas un Kamoulox : il y a bien un lien entre les conditions de vie en Turquie et la pâte à tartiner. La question est donc simple : pourra-t-on tartiner du Nutella sur nos crêpes sans vendre un rein à la chandeleur ? 

Reprenons depuis le début

Le prix du Nutella va-t-il augmenter ? Adobestock

Pour comprendre cette rumeur de pénurie, il faut s'intéresser à la situation en Turquie. Depuis quelques semaines, le pays fait face à une crise économique importante, et les producteurs de noisettes ne sont pas épargnés. Pour produire ces fruits à coque, il leur faut de l'engrais. Engrais dont le prix a été multiplié par 3 en un an. En d'autres termes, sans engrais, pas de récolte. Mais avec un engrais inabordable, moins de production et moins de récolte. Ajoutez à cela la flambée des prix de l'essence qui rend l'exportation plus onéreuse, et vous avez le cocktail parfait pour une hausse des prix.

 

Et c’est là où ça pose question : la célèbre pâte à tartiner de Ferrero concentre 13% de noisettes par pot, dont la majorité (70%) provient de Turquie. Avec une baisse de la production de noisettes, le Wall Street Journal craint un manque de matière première pour le Nutella, et donc un effet boule de neige sur toute la chaîne d’approvisionnement jusqu’à entraîner une pénurie de pâte à tartiner.

 

Face à ce vent de panique, le porte-parole du groupe Ferrero se voulait rassurant devant nos confrères du Parisien : "On tient à rassurer les consommateurs pour éviter les ruées sur le Nutella, nous ne prévoyons pas du tout de pénurie. Ferrero n’a pas eu écho de difficultés d’approvisionnement". 

 

Pas de pénurie… mais une hausse des prix envisageable ?

Moins il y a d’offre, plus la demande est chère. Vous connaissez la chanson. Avec ces restes de cours d’économie qui nous trottent en tête, on peut se demander si la baisse de production des noisettes ne va pas augmenter le prix de vente de ces dernières et, par répercussion, celui du Nutella.

 

Si vous pouvez acheter votre pot de pâte à tartiner moins de 5 euros malgré les difficultés financières que traverse la Turquie en ce moment, c’est parce que le groupe Ferrero casse les prix. Une journée à ramasser les noisettes est payée 12 euros. 1 kilo de noisettes est acheté 2 euros puis revendu 20 euros d’après Omer Demir, président de la chambre de commerce d’Istanbul. A ce prix-là, les économies vont bon train... mais pour combien de temps ? En effet, le prix des noisettes pourrait bien augmenter si la quantité diminue, le produit prenant de la valeur avec sa rareté.

 

Mais là encore, Ferrero se veut rassurant : "Pour l’instant, les prix sont fixés et, comme il n’y a pas pénurie, il n’y aura pas d’augmentation des prix" assure le porte-parole au Parisien. Inutile donc de se ruer dans les magasins dans l'idée de faire des stocks. Et pour préparer au mieux la chandeleur, voici la meilleure façon de préparer des crêpes grâce au conseils de Chef Damien. 

 

Vidéo suggérée

Dans le même univers