Icone utilisateur
  • Inscription
Ces spécialités dont il faut se méfier sur les marchés de Noël

Et si le pain d'épices artisanal que vous venez d'acheter au chalet était industriel ? Que le foie gras 100% local du stand d'en face ne provenait absolument pas de la région et que la recette "ancestrale" du vin chaud n'était qu'un cubi réchauffé ? Le premier week-end de décembre marque le début de la saison des marchés de Noël, et avec eux des arnaques. 

 

Le vin chaud : gare aux cubis et aux briques bas de gamme

Payer 3 euros le verre de vin chaud artisanal avec ses bonnes épices qui infusent, c'est tentant. Mais "derrière cette charmante dame qui sert votre vin chaud en annonçant qu’il est issu de vignes maison, des briques de vin de table sont entreposées. Cela s’apparente à une pratique commerciale trompeuse (art. L. 121-2 du code de la consommation) : de fausses allégations quant au mode de fabrication, prônant l’authenticité, visent à attirer le consommateur" met en garde l'UFC-Que choisir

 

Réaliser des économies avec du vin en brique de mauvaise qualité dans lequel on rajoute arômes et/ou épices : la tromperie serait tentante, et ces pratiques commerciales monnaie courante aux abords des marchés de Noël. 

 

Mais certaines pratiques peuvent aller bien plus loin, et être la cause de maux de ventre et autres barbouillages. Certains commerçants peu scrupuleux prépareraient leur vin à l'avance et le transporteraient à froid avant de le réchauffer sur place, provoquant chez les consommateurs des douleurs à l'estomac. L'astuce pour ne pas se faire avoir ? Regardez l'intérieur du stand et, en cas de doute, demandez à goûter une lichette de vin chaud pour avoir le coeur net.

 

Les chocolats chauds : du cacao et de la poudre aux yeux

Ne vous attendez pas à des carreaux de chocolat fondus au bain-marie. Votre tasse de chocolat chaud payée 4 euros pourrait être un simple mélange de cacao industriel et de lait coupé à l'eau. Tout à coup, on en a moins envie. Pour s'assurer de la qualité de votre boisson chocolatée, le meilleur moyen reste de demander au commerçant la composition.

 

"Et pour vous ? Un gratin dauphinois de mauvaise qualité et une gaufre réchauffée, s'il vous plaît"

Dans chacun des 37 marchés de Noël de l'hexagone, diots, tartiflette et crêpes au sucre sont vendus à la chaîne. La quantité est au rendez-vous. Et la qualité ?

 

Méfiez-vous des tarifs trop alléchants. Votre portion de "véritable tartiflette savoyarde" à 5 euros contient-elle réellement du reblochon ou simplement du fromage à tartiflette ? Les plats sont-ils préparés sous vos yeux ou sont-ils réchauffés ? Le stand propose-t-il des produits dont l'origine géographique est proche ou churros, sandwichs à la raclette et pains d'épices alsaciens se côtoient fièrement ? Autant de questions à se poser avant de céder à la tentation, qu'elle soit sucrée ou salée. 

 

Foie gras, pain d'épices et biscuits en tout genre : quelle géographie ?

Des bredele produits localement et du pain d'épices à la fabrication 100% artisanale ? Si seulement. Mais certains commerçants, pour rentrer dans leur frais et rentabiliser la location de leur stand, achèteraient des produits industriels en grosses quantités avant de les revendre. Parfois, ces produits seraient même importés.  D'autres vendeurs resteraient volontairement flous quand à l'origine de leurs produits. Or, "l’indication sur l’origine des produits est obligatoire pour certains produits (miel, huile d’olive…). Pour les autres denrées, elle le devient seulement si son omission est de nature à créer une confusion dans l’esprit de l’acheteur concernant l’origine ou la provenance réelle de la denrée alimentaire" précise l'UFC-Que Choisir.

 

En effet, les mentions quant à l'authenticité ou la provenance du produit sont réglementées. Par exemple, l'indication "artisanal" ne devrait être employée que lorsque le produit est "fabriqué par un artisan au registre des métiers" alors que la mention "de terroir" correspond à l'“utilisation de matières premières obtenues à partir de procédés de fabrication, issues d'une aire géographique restreinte" prévient l'association de consommateurs. Jetez un oeil aux étiquettes, en cherchant notamment l'origine géographique du produit. Les labels AOC et AOP peuvent être un bon critère quant à la provenance du produit. 

 

L'esprit de fête et le plaisir de cette sortie au marché de Noël pourraient être gâchés par quelques pratiques frauduleuses. Toutefois, rassurez-vous, tous les commerçants ne sont pas des charlatans, loin de là. Il suffit simplement d'être attentifs à ces quelques points avant de déguster vos achats.

Vidéo suggérée

Dans le même univers