• Connexion
  • Inscription
Noël : saumon fumé, foie gras, huîtres, est-ce à bannir pendant la grossesse ?

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, et avec elles, les délicieuses tentations du repas de Noël. Cependant, pour les futures mamans, une question cruciale se pose : faut-il renoncer au saumon et au foie gras pendant la grossesse ?

Voir la suite de cet article plus bas
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en février ? Video 1 sur 2

Adobe Stock

Les fêtes de fin d'année sont synonymes de moments conviviaux autour de produits raffinés. Mais, pour les futures mamans, la période des fêtes peut aussi soulever des interrogations sur certains mets emblématiques comme le saumon ou le foie gras. Comme pour les fromages au lait cru ou la charcuterie, certains peuvent être fortement déconseillés pendant la grossesse. Découvrez ce qu’il est possible ou non de manger sans risque à Noël.

 

Le foie gras

Le foie gras est l’un des mets festifs par excellence, mais il peut susciter des interrogations chez les femmes enceintes. Les foies gras cuits à une température inférieure à 100 °C sont à éviter, car ils ne sont pas pasteurisés. À cette faible température de cuisson, les bactéries peuvent encore se développer, pouvant causer des maladies comme la toxoplasmose, la listériose ou encore la salmonelle, dangereuse pour le fœtus.

 

Le foie gras peut être intéressant sur le plan nutritionnel. Comme tous les foies, il est riche en fer et en acides gras monoinsaturés. Mais il est aussi très riche en vitamine A. Consommer en excès de cette vitamine peut présenter des risques pour le développement du fœtus et entraîner des malformations.

 

En résumé, privilégiez des foies gras en conserve qui peuvent se garder à température ambiante, car cela assure qu’ils sont pasteurisés, et consommez-en avec modération pour prévenir des risques.

 

Le saumon fumé

Le saumon fumé est un incontournable des tables festives. Pour le préparer, les morceaux de poissons sont coupés très finement avant d’être salés et fumés. Il n’y a donc pas de cuisson pour éliminer les germes pathogènes. Il en va de même pour le saumon gravlax, qui est seulement mariné.

 

Les deux principaux risques sont la listériose et la toxoplasmose. Pour éliminer les risques, le saumon doit atteindre une température à cœur de 63 °C, ce qui n’est absolument pas le cas avec le saumon fumé. On préfère donc se faire plaisir avec du filet de saumon cuit à cœur pour faire le plein d’oméga 3.

 

Huîtres, Saint-Jacques et autres fruits de mer

Les fruits de mer apportent une quantité significative d'iode, jouant un rôle essentiel dans le fonctionnement optimal de la glande thyroïde et le développement du cerveau du fœtus.

 

Cependant, il est important de souligner que les crustacés, du fait de leur non-éviscération, sont plus exposés aux germes présents dans leur tube digestif. En ce qui concerne les coquillages, qui filtrent l'eau de mer, ils ont tendance à concentrer les micro-organismes et les polluants, pouvant entraîner diverses contaminations telles que la toxoplasmose, l'hépatite A, les métaux lourds et la listériose. Ces contaminations peuvent avoir des répercussions plus ou moins graves chez la future maman, notamment altérer le développement neurologique du fœtus. La consommation de fruits de mer crus ou insuffisamment cuits expose à un risque élevé de contamination, en particulier par la bactérie Listeria monocytogenes, responsable de la listériose.

 

Il est quand même possible d’en consommer à condition qu’ils soient bien cuits. On peut opter pour les Saint-Jacques ou les palourdes, en s’assurant qu'elles soient bien cuites à cœur, non translucides à la fin de la cuisson. On peut aussi manger des moules, si on veille à les cuire parfaitement, que ce soit en marinière, au court-bouillon, gratinées ou intégrées à une préparation après une cuisson préalable. Enfin, on peut aussi manger des huîtres, à condition qu’elles soient gratinées au four préalablement.

 

Dans le même univers