• Connexion
  • Inscription
A tester d'urgence : l'ail des ours le nouvel indispensable de la cuisine

Cette plante sauvage appelée ail des ours ou ail sauvage existe depuis des siècles. La légende raconte que les ours s’en régalent en sortant de leur hivernation. Au fil des années, l’ail des ours est devenu un indispensable dans nos cuisines.

L’ail des ours, une plante sauvage et vivace

Ail des ours / Stock-Adobe

Cette plante vivace pousse au printemps. Ses tiges sont assez fines, ses feuilles sont longues et tendres et ses fleurs sont blanches. La saveur de l’ail des ours est proche de l’ail frais, en plus subtile. Cette plante existe depuis des siècles mais, allez savoir pourquoi, elle est devenue tendance ces dernières années. Les chefs en sont fous et on ne compte plus les recettes à l’ail des ours sur les réseaux sociaux, le pesto arrivant en tête des recettes les plus partagées à l’ail des ours. On trouve même du pesto à l’ail des ours dans les supermarchés. Réseaux sociaux et émissions culinaires sont certainement la raison de cet engouement. Les jardineries croulent aussi sous les demandes.

 

Si vous ne pouvez pas la cueillir vous-même ou la cultiver, ouvrez l'œil, elle se trouve en ce moment chez bon nombre de primeurs et dans certaines boutiques bio.

Choisissez un bouquet d’ail des ours dont les feuilles ne sont pas flétries et consommez rapidement, c’est un produit frais. Nous avons plein de recettes à l'ail des ours sur le site.

Cueillir de l’ail des ours

Cueillir l'ail des ours / Stock-Adobe

L’ail des ours pousse dans les endroits ombragés et humides, comme les forêts, les sous-bois ou le bord des rivières. Il pointe le bout de son nez au sortir de l’hiver, en février, mars ou avril, selon les régions et les années. Plus tard, de jolies fleurs blanches apparaissent mais l’ail des ours a des saveurs plus intenses avant l’arrivée des fleurs.

 

Attention à ne pas vous tromper. Il se trouve que les feuilles de l’ail des ours ressemblent à celles du muguet ou des colchiques, ces deux dernières ne sont pas comestibles. Pour ne pas vous tromper : les feuilles de l’ail des ours sont beaucoup plus fines que celles du muguet et du colchique. Le colchique se reconnaît au fait qu’il n’a pas de tiges contrairement à l’ail des ours. Si  vous froissez une feuille dans votre main, vous allez vraiment sentir l’ail. Lors de la cueillette, coupez les feuilles sans arracher la racine pour que la plante repousse à la saison suivante.

L'ail des ours en cuisine

Bonne nouvelle, tout se mange dans l’ail des ours : la tige, les feuilles et même la fleur, grande chouchoute des chefs. C’est la plante anti gaspi par excellence. On aime le combo herbes fraîches et saveurs subtiles de l’ail. C’est quasi magique.

 

Commencez par laver les feuilles et les tiges puis séchez-les dans une essoreuse à salade ou dans un torchon. C’est mieux d'utiliser les feuilles de l’ail des ours sans les cuire, comme toutes les herbes aromatiques. Vous pouvez néanmoins en ajouter dans vos quiches de légumes, dans vos flans salés, dans vos omelettes ou en fin de cuisson de vos œufs brouillés ou de votre risotto de printemps.

 

La recette à faire impérativement si vous n’avez jamais cuisiné avec l’ail des ours, c’est le pesto à préparer avec notre recette de pesto à l’ail des ours. Il fera merveille sur vos pâtes en attendant la saison du basilic mais on aime le marier avec du fromage de chèvre sur une tartine par exemple.

 

Les tiges se cisèlent et s’ajoutent dans vos salades mais aussi en fin de cuisson d’un riz sauté ou de crevettes sautées. 

 

Quand aux fleurs, on les ajoute pour sublimer un plat aussi bien pour le côté visuel que pour les saveurs subtiles d'ail.

 

Vidéo suggérée

Dans le même univers