• Connexion
  • Inscription
Alerte augmentation des prix : avec l’inflation, cet ingrédient risque de chambouler notre quotidien

Avec l’inflation, les Français craignent de plus en plus pour leur porte-monnaie. De nombreux produits du quotidien ont été touchés par la hausse des prix dont les œufs. Entre la grippe aviaire et l’augmentation du coût de l’alimentation des poules, le prix des œufs flambe. Voici les informations à avoir.

@ Adobe Stock/ Une pénurie d'œufs et une hausse des prix à venir ? 

Récemment, les prix des produits du quotidien flambent. Après les pâtes, le café ou le poulet, c’est au tour du coût des œufs d’augmenter. En un an, il a déjà connu une hausse de 7% pour les premiers prix. La cause ? La grippe aviaire fait rage en Europe depuis l’été dernier et la France n’est pas épargnée.

 

Selon BFMTV, 3 millions de poules ont dû être abattues afin de limiter la propagation de la maladie sur le territoire soit 6 % de la production française. Comme pour divers produits, il est légitime de craindre une pénurie. Nous vous avions déjà parlé des produits concernés par une pénurie au supermarché et les œufs avaient été mentionnés. Mais alors, qu’en est-il vraiment ?

Une pénurie en vue ?

En plus de la grippe aviaire, le prix de l’alimentation des poules augmente aussi. Or, il compte pour 60% dans le coût de production d’un œuf. En parallèle, la guerre en Ukraine complique la situation : c’est le plus gros pays à fournir l’Europe en graines. Ces graines servent à l'alimentation animale : s'il n’y a plus de quoi nourrir les animaux (comme les poules), ce sera compliqué d’avoir des œufs.

 

Entre la grippe aviaire, le coût de l’alimentation des poules et le conflit Russo-Ukrainien, une pénurie est à craindre. Si l’approvisionnement risque d’être compliqué dans les jours à venir, c’est surtout le coût des œufs qui devrait alerter.

 

Sur Actu.fr, Yann Nédélec, directeur de l'Interprofession de la volaille de Chair, s’est exprimé : « En 18 mois, leur coût avait augmenté de 40 %. Avec la guerre, il pourrait grimper de 40 autres pourcents.» L’addition va être salée notamment pour les professionnels. Boulangers, glaciers ou restaurateurs vont payer le prix fort.

Les particuliers épargnés pour le moment

Pour le moment, les particuliers sont épargnés, les négociations entre les éleveurs et la grande distribution étant closes depuis le 1er mars 2022. Cependant, la guerre en Ukraine et la grippe aviaire ont changé les choses.

 

Il va être de plus en plus compliqué de vivre décemment pour les éleveurs si les prix n’augmentent pas dans les grandes surfaces. Un éleveur interrogé par BFMTV estime qu’il faudrait que la boîte de 12 œufs augmente de 0,40 euro. Cette fois, c’est la filière de la volaille qui est en danger. Dernièrement, c’était la filière du porc qui était en pleine crise historique et les éleveurs en détresse

Vidéo suggérée

Dans le même univers