• Connexion
  • Inscription
Bientôt des scarabées dans vos burgers et dans vos goûters ?

L'idée peut paraître farfelue. Pourtant, elle a su séduire l'Efsa qui a autorisé le 4 juillet dernier la consommation de scarabée Buffalo de la marque Ÿnsect. Des valeurs nutritionnelles à son impact environnemental, tout est parfait dans le scarabée.

En Thaïlande, en Ouganda ou encore en Colombie, la consommation d’insectes est monnaie courante. Mais en France, l’idée est encore loin de faire l’unanimité. Pourtant, d’un point de vue nutritionnel et environnemental, elle a de quoi séduire.

Les insectes, véritable sources de protéines

Les insectes sont riches en protéines. Adobestock

Si l’on regarde en détails la composition nutritionnelle d’un grillon, d’un scarabée ou d’un criquet, on s’aperçoit vite qu’ils ont tout bon.

 

Environ 20g de protéines aux 100g, des minéraux (zinc, calcium, potassium, fer et magnésium) et de la vitamine B12 : décidément, les insectes pourraient bien détrôner les steaks dans notre assiette. A parts égales, le grillon contient 3 fois plus de protéines que le bœuf. Alors, convaincu ? 

Une solution durable pour l'environnement

Au-delà de leurs qualités nutritionnelles non négligeables, la consommation d’insectes serait une réponse aux défis climatiques et démographiques. Face à l’épuisement des réserves d’eau et aux émissions de gaz à effet de serre, la solution se trouverait dans ces si petits insectes ?

  

Shankar Krishnamoorthy, le directeur du développement de la marque, a des arguments solides pour nous convaincre. « L’élevage de scarabées Ÿnsect émet 98% de gaz à effet de serre de moins que l’élevage bovin et 80% de moins que la volaille. La consommation d’eau est également fortement réduite. L’élevage de scarabées nécessite 90% moins d’eau que la volaille et même 96% moins d’eau que le bœuf. »

 

Si vous n'êtes pas prêt à franchir le cap et à manger des insectes, commencez par privilégier ces 15 gestes pour être plus écolo.

Un pas de plus vers la commercialisation dans l'UE

Mangera-t-on des insectes demain ? Adobestock

La start-up Ÿnsect vient d’obtenir l’accord de l’Efsa concernant la consommation de scarabée Buffalo. Selon l’agence, les scarabées élevés par l’entreprise sont comestibles et ne présentent aucun risque sanitaire pour le consommateur.

 

La start-up fondée en 2011 à Amiens n’en est pas à son coup d’essai. En xx, l’Efsa avait déjà validé la mise sur le marché de scarabée Molitor par la même entreprise. Aujourd’hui, toutes entreprises confondues, 4 espèces d’insectes à consommer ont été validées par l’Efsa. D’ailleurs, l’entreprise commercialise déjà des produits préparés à base de scarabée en Autriche et au Danemark.

 

Mais tout n’est pas encore joué. En théorie, il faudrait attendre que la Commission européenne valide définitivement cette décision. Si c’est le cas, l’entreprise pourra alors commercialiser burgers et barres énergétiques aux larves de scarabées dans toute l’UE. Dans la pratique, une certaine souplesse dans la loi permet d’ores et déjà à Ÿnsect de vendre du granola et des barres énergétiques aux céréales dans certains supermarchés français.

 

Mais, sans que vous ne le sachiez, vous mangez peut-être déjà des insectes en achetant des produits de grandes marques.

Vidéo suggérée