Connexion

La part du sucre dans les goûters des enfants

Moment de gourmandise, de plaisir et de détente, le goûter reste important dans la journée de nos enfants. Mais ne serait il pas trop sucré ?

 

Le sucre, un besoin inné

 

Notre organisme a besoin de sucre pour vivre et nous avons une attirance innée pour les aliments doux et sucrés. Pour les enfants, le goûter n’est pas superflu, c’est même une nécessité pour reprendre des forces avant les devoirs ou les activités extra-scolaires. Le hic, c’est qu’ils consomment déjà beaucoup de sucre dès le petit déjeuner (il y en a partout, dans les céréales, les jus de fruits, la pâte à tartiner) et sont bien souvent au dessus des normes recommandées avant même d’attaquer le goûter !

 

Les risques d’une sur-consommation de sucre :

 

A court terme, le plus visible reste l’apparition de caries ! Plus grave, le surplus de sucre encrasse l’organisme. Le métabolisme finit par se dérégler, provoquant l’apparition de diabète, d’hypertension et d’obésité.

 

Inutile de paniquer pour autant, car il faut relativiser le risque : ces pathologies sont multifactorielles et si les enfants se dépensent physiquement, ils brûlent le sucre. Les nutritionnistes expliquent d’ailleurs qu’il est illusoire de se passer totalement de sucre et que cela n’a aucun intérêt. L’essentiel est d’éduquer les enfants à manger de façon diversifiée, de revenir aux choses simples, de privilégier les aliments moins sucrés et de bouger.  

 

En pratique, comment faire ? 

 

Sachez décrypter les étiquettes ! Prenez le temps de comparer les produits entre eux (au besoin, utilisez l’appli yuka) et scrutez la liste des ingrédients. Plus elle est courte, et mieux c’est ! Évitez les biscuits et autres goûters fourrés où le sucre apparait en premier dans les ingrédients, et apprenez à le dépister … car il se cache aussi derrière les termes  « sirop de glucose-fructose », « dextrose », « maltodextrine », « saccharose », « miel » ou encore « sirop de maïs ».

 

Limitez autant que possible les viennoiseries, les gâteaux industriels type gâteaux fourrés ou la pâte à tartiner, trop sucrés et  trop gras. Préférez petit beurre, sablés, fruits, muesli, pain et confiture, moins sucrés, et avec un index glycémique plus bas (ils entraînent pas de pic de glycémie qui provoquent des fringales délétères !). Enfin, cuisinez avec vos enfants pour réapprendre à goûter les aliments et redécouvrir les ingrédients de base.

 

Quelques exemples de goûters pas trop sucrés 

 

Un goûter équilibré se compose d’un produit céréalier, d’un produit laitier, d’un fruit et d’une boisson (de l'eau plutôt qu’un jus ou un soda)

 

Ce peut être :

 

  • 1 pomme + 1 yaourt + 1 tranche de pain d'épice 

 

  • 1 part de gâteau au yaourt maison+ 1 compote sans sucre ajouté + 1 verre de lait

 

  • 1 part de riz au lait + 1 banane 

 

  • Et pourquoi pas un goûter salé / sucré : 1 compote sans sucre ajouté + 1 part d’emmental + 1 morceau de pain 

 

Attention donc à ne pas diaboliser le sucre. L’alimentation est à la fois nutritive, sociale, et hédonique. Il n’y a pas de bons et de mauvais aliments. Tous ont leur place dans une journée !

 

Vidéo suggérée