• Connexion
  • Inscription
On en a gros sur la patate : les frites produites en France en danger

Lundi, des patates. Mardi, des patates. Mercredi, des... rien du tout, car la production de pommes de terre françaises est au plus mal. Les producteurs prévoient déjà une récolte moins importante à cause de la sécheresse. Décryptage.

On a une pensée émue pour Cathy Tuche qui ne pourra plus faire autant de frites qu'avant. Le problème, ce n'est pas que son airFryer soit tombé en panne ; c'est que la production de pommes de terre est au plus mal. Une photo des Alpes, montrant un sol très asséché, circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Si la terre manque cruellement d'humidité sur la chaîne de montagnes, la situation n'est pas mieux 870 km plus au Nord, dans les Hauts-de-France. 

Le manque d'eau fait des ravages dans les champs

La production de pommes de terre françaises va mal. Adobestock

Depuis mars, les agriculteurs s'inquiètent des conditions météorologiques : le manque de pluie combiné aux fortes chaleurs est pire qu'une attaque du Pokémon Sulfura : c'est dévastateur.

 

En juillet, il est tombé 13,8mm d'eau à Beauvais. C'est 74% de moins que la moyenne des précipitations (chiffres infoclimat). A cela s'ajoute les mesures liées à l'alerte sécheresse décrétée dans la plupart des départements métropolitains. Pour certains, interdiction d'irriguer les cultures. Pour d'autres, ils n'ont de toute façon pas l'équipement nécessaire. Dans les lignes du Huffington Post qui reprend les infos de l'AFP, un agriculteur témoigne : pour lui, "le sol s'effrite comme du sable et seules deux ou trois pommes de terre semblent viables".

 

Les pommes de terre sont composées à 80% d'eau. Sans eau, elles ne poussent pas et font la taille d'une balle de ping-pong au mieux, d'une bille pour les plus assoiffées. 

Une pénurie de frites à l'arrivée ?

Une pénurie de frites est-elle possible ? Adobestock

Les patatiers ne sont pas les seuls impactés par le manque d'eau. Les vignerons aussi subissent de plein fouet le dérèglement climatique. Dans l'Aude, il fait tellement chaud que les vendanges ont commencé avec 3 semaines d'avance et, compte-tenu du niveau d'ensoleillement des fruits, on s'attend à ce que le vin change de goût cette année. Les vignerons, comme les patatiers, s'attendent à un rendement moins bon cette année à cause des fortes chaleurs. Or, moins de récoltes, c'est moins de pommes de terre transformées et de frites à l'arrivée. Va-t-on revivre la pénurie de frites chez Mcdo, comme l'an dernier ? 

 

On ne sait pas. Ce que l'on imagine, c'est que les producteurs vont devoir renégocier les contrats passés avec les industriels et restaurateurs. Ceux qui s'étaient engagés sur un tonnage élevé devront probablement revoir ces chiffres à la baisse. Les pommes de terre étant plus petites, le poids récolté sera moindre. De plus, la récolte sera moins importante puisque les pommes de terre de moins de 35mm ne peuvent être commercialisées. 

Vidéo suggérée

Dans le même univers