• Connexion
  • Inscription
Cet ingrédient indispensable viendra-t-il à manquer ?

Actuellement, de plus en plus de produits sont concernés par un risque de pénurie. Après l’huile de tournesol ou encore la moutarde, c’est un ingrédient indispensable de notre quotidien qui risque de se faire plus rare dans les rayons du supermarché.

@ Adobe Stock/ Un produit quotidien encore en pénurie ? 

De nombreux facteurs sont à l’origine des pénuries : la guerre en Ukraine - qui menace nos réserves de moutarde - et la sécheresse perturbent l'importation et la production de nombreux produits. Cette fois, c’est le coût de la production qui serait en cause de la pénurie d’un ingrédient phare de notre quotidien.

 

En effet, la situation est de plus en plus difficile pour les éleveurs et les agriculteurs ce qui a forcément un impact sur leur production. Si vous adorez commencer la journée par un chocolat chaud ou que vous êtes un pâtissier en herbe, vous allez être les plus concernés par cette pénurie : celle du lait.

Une pénurie de lait à venir ?

@ Adobe Stock/ Les rayons de lait bientôt vides ? 

Face aux conditions difficiles de l’agriculture et de l’augmentation du coût de production, le lait est menacé par une pénurie. Le principal syndicat de la filière, Syndilait, redoute même une accélération des départs des agriculteurs écœurés par l’inflation. Or, c'est très problématique car la France est le deuxième pays producteur européen de lait.

 

La situation des éleveurs laitiers est considérée comme la plus dure du monde agricole. Pour de nombreux éleveurs, ils vendent à perte et envisagent donc de quitter le métier. Pour certains, ils ont déjà sauté le pas : ils ont vendu leurs vaches et songent à arrêter la production de lait pour devenir céréaliers par exemple.

Le coût de la production en cause

Avec l’inflation, le prix du carton, du transport, du plastique ou encore de l’électricité a flambé. Pour pallier cette augmentation du coût de la production, le prix du lait devrait augmenter de 20% - et non de 1,5% comme c’est le cas. L’idéal serait d’augmenter le prix de la brique de 5 centimes : c’est 40 euros de plus pour le producteur et environ 25 euros de plus par an pour le consommateur.

 

Le problème ? S’il y a moins d’éleveurs, il y aura forcément moins de lait. La France compte actuellement 3,7 millions de vaches laitières et 62 000 exploitations laitières. Ce chiffre est en très forte baisse depuis les dernières années. Il faut donc s’attendre à une très forte baisse de la production de lait sur l'année 2022.

Bon à savoir : il existe des alternatives au lait même si elles ne s'adaptent pas à toutes les situations : voici nos 5 conseils pour bien choisir votre lait végétal.

Vidéo suggérée

Dans le même univers