• Connexion
  • Inscription
Vous hésitez toujours entre deux plats au restaurant ? Cette intelligence artificielle va choisir pour vous !

Si vous ne savez jamais quoi choisir au restaurant, cette innovation technologique va révolutionner votre vie. Mais lorsqu'un algorithme rythme vos choix au fast-food, cela pose de sérieuses questions d'éthique et de stockage des données. On fait le point.

Une intelligence artificielle choisit pour vous. Adobestock

Au restaurant, il y a deux types de personnes : ceux qui regardent le menu alors qu'ils savent pertinemment qu'ils vont prendre exactement la même chose que la dernière fois et ceux qui hésitent entre la moitié des plats proposés à la carte. Vous vous reconnaissez ? 

 

Pour tous ceux qui papotent pendant 15 minutes et qui n'ont pas encore choisi lorsque le serveur arrive pour prendre la commande, pour ceux qui changent d'avis à la dernière minute et le regrettent dès que leur plat arrive et pour tous ceux qui ne sont pas difficiles et qui commandent un peu au hasard, on a la solution pour vous faciliter la vie au restaurant. Vous avez une petite idée de ce dont il s'agit ? Un indice : avec cette avancée, l'habit fait le moine. A en croire cette innovation technologique qui a commencé à être développée en 2013, votre apparence peut en dire bien plus sur vos goûts que ce que vous ne pensez ! 

La suggestion du chef est remplacée par celle de l'algorithme

Une société de San Francisco a mis au point une intelligence artificielle capable de scanner les clients des restaurants pour leur proposer des plats qui devraient matcher à la perfection avec leurs goûts et attentes. Un robot qui sait mieux que vous ce que vous voulez manger, vous y croyez ? 

 

A partir des bornes tactiles de commandes que l'on trouve souvent dans les fast-food et certains restaurants à la pointe de la technologie, il est possible de recevoir des conseils personnalisés sur ce que l'on devrait commander. Concrètement, une fonctionnalité de scan est ajoutée aux bornes. L'intelligence artificielle peut prendre en compte de nombreux critères comme l'âge, la taille, le genre du client, son humeur, s'il s'agit d'un groupe d'amis, d'un couple ou d'une personne seule, mais également l'heure de la journée.

 

C'est au restaurant de définir les infos qu'il souhaite connaître de ses clients. A partir de cette base de données fraîchement récoltées, la borne suggère de commander un gratin de gnocchis du Chef plutôt que les lasagnes à la bolognaise. Pour le caractère pratique, c'est ingénieux. Ca l'est beaucoup moins si votre comportement est influencé par l'IA qui vous propose une sélection de burgers "correspondant à votre profil" plutôt que des repas équilibrés. Comment, dans ces conditions, sensibiliser à l'équilibre alimentaire ?

 

L'idée, selon le patron de l'entreprise Raydiant qui commercialise cette intelligence artificielle, est d'offrir une expérience personnalisée au consommateur tout en aidant les restaurants à booster leurs ventes. On imagine aisément qu'en supprimant les 20 minutes -au bas mot- d'hésitation à chaque table, le restaurant peut accueillir et servir plus de tables en une soirée. 

Le risque de dérives est réel

Cette avancée technologique soulève toutefois des questions majeurs : cette pratique ne repose-t-elle pas sur des stéréotypes, voire de la discrimination ? Où sont stockées les données ainsi récoltées ?

 

L'entreprise affirme de son côté que certains critères, comme la couleur de la peau ou la morphologie, ne sont pas acceptables et dépassent les limites autorisées. C'est aux restaurants et autres organisations qui utilisent le dispositif, de choisir s'ils veulent connaître le genre de la personne. A en croire les propos du PDG sur le site Quartz, peu d'entreprises choisissent cette option.

 

Pourtant, à la fin, c'est bel et bien le restaurant qui a la main sur la personnalisation de l'intelligence artificielle et sur le choix des données qu'elle doit récolter... Des données qui, d'ailleurs, ne seraient ni vendues ni sauvegardées pour un usage ultérieur, à en croire le PDG de l'entreprise.

 

Sur le site de Qwartz, on apprend que "Raydiant affirme que la technologie est conçue avec la confidentialité par défaut, ce qui signifie que seules les données anonymes sont traitées et collectées. Les entreprises peuvent également activer une fonctionnalité de floutage en plus de l'analyse."

 

Pour encadrer à minima l'utilisation de cette technologie déjà installée dans 4 500 restaurants, clubs de gym et casinos, Raydiant fournit une notice d'utilisation dans laquelle elle accompagne les entreprises à respecter les directives légales. Nous n'avons pas pu prendre connaissance de ce document.

Vidéo suggérée

Vous regardez : Quels sont les produits de saison en décembre ? Video 1 sur 2

Dans le même univers