• Connexion
  • Inscription
1 français sur 4 achète des glaces qui coûtent pourtant plus cher en 2022

Tongs, short de plage et paréo : vous êtes fin prêt pour aller à la plage. Il ne vous manque plus qu'un accessoire pour avoir la parfaite panoplie du vacancier : une glace. Mais l'inflation n'a pas épargné cette gourmandise estivale. Cette année, les tarifs affichés par les glaciers risquent bien de vous refroidir. 

Depuis plusieurs semaines, on subit des températures avoisinant les 30°C, et ce n’est rien comparé aux deux épisodes de canicule que nous avons vécus courant juillet. La canicule peut avoir de nombreux effets sur notre corps, allant d’une fatigue légère à une déshydratation dangereuse. Il faut réussir à réguler notre température corporelle pour bien supporter ces périodes. 

Les glaces coûtent plus cher cette année

+5% pour les glaces vendues en supermarché. Adobestock

Pour éviter les coups de chaud et se rafraîchir pendant ces vagues de chaleur, on a enchaîné les thés glacés et les glaces. Les glaces sont un incontournable des vacances. En se baladant sur la promenade des anglais, certains craquent et s’offrent un petit plaisir glacé. Chaque année, ils s’arrêtent chez le même glacier et prennent les mêmes parfums pour leur glace 2 boules. Mais cette année, ils ne débourseront pas la même somme.

 

Les glaces affichent une hausse des prix de +4,9 % d’après les chiffres publiés par l’Institut Iri début juillet. Concrètement, votre glace 2 boules coûte 20 à 50 centimes plus cher cette année. Et il n’y a pas que les petits artisans-glaciers qui font payer leurs clients quelques centimes de plus.

 

Même Nestlé, le groupe qui possède la marque Häagen-Dazs, a augmenté ses prix de 6,5% durant le premier semestre 2022, révèle The Guardian. Or, c’est la marque préférée d’1 Français sur 4 d’après les chiffres de l'Institut YouGov parus en 2021. Häagen-Dazs ou non, cookie dough ou non, les glaces vendues en supermarché sont plus chères de 5% cette année. En supermarché comme chez certains glaciers, vous pouvez vous faire arnaquer en achetant des glaces prétendument à la vanille... qui n'en contiennent que des restes. Il faut savoir bien choisir sa glace à la vanille pour ne pas se faire avoir.

L'inflation des matières premières est pointée du doigt

Le prix des matières premières a flambé. Adobestock

Dans le journal 20 minutes,  le Président de la Confédération des glaciers de France Bruno Aïm justifie cette inflation par la hausse du coût des matières premières. Pour une crème glacée, il faut des oeufs (+6%), de la crème (+8%), du lait (+4%) et du sucre qui a lui aussi pris 20 à 30 centimes par kilo.

 

Ensuite, il faut choisir le goût. Au moment de sélectionner les fruits qui parfumeront la glace, c'est le même son de cloche. Les fruits ou les additifs comme les stabilisants sont hors de prix. « En mars, le kilo de fruits rouges est passé de 2,50 à 9 euros, et nous ne les achetons plus frais mais surgelés »expliquait le Président de la Confédération à nos confrères de 20 minutes.

 

Impossible dans ces conditions d’afficher les mêmes tarifs que les années précédentes. Il faut ajouter à cela le coût de l’énergie pour faire fonctionner les congélateurs - qui consomment énormément d’électricité- et vous avez là un cocktail détonant pour le portefeuille. « Nous payons 1.000 euros de plus par mois » se désole Bruno Aïm. L'achat de fournitures, type cuillères, bacs et pots pour les glaces, doit aussi être amorti. 

 

Pour économiser sur les glaces, le meilleur moyen est de les faire vous-même. Nos recettes de glaces maison vont vous sauver cet été.

Vidéo suggérée

Dans le même univers