• Connexion
  • Inscription
Avez-vous remarqué qu'il y avait moins de chips dans certains paquets ?

Le même prix, mais pas la même quantité. Les paquets de chips contiennent moins de chips pour compenser la hausse des prix des matières premières et des transports due au conflit ukrainien. 

Moins de chips dans les paquets de chips. Adobestock

Mercredi soir, 21h12: vous salivez devant tous les bons plats de Top Chef 2022. A force de voir de la nourriture à l'écran, vous avez un petit creux et grignotez un paquet de chips. Mais vous vous rendez bien compte que quelque chose a changé. D'habitude, vous boulotez le paquet en 12 poignées alors qu’aujourd’hui, vous l'avez fini en seulement 11.  En répercussion de la hausse des prix des matières premières, des emballages et du transport, certaines marques ont décidé de mettre moins de chips et plus d’air dans leurs paquets. 

 

Si vous raffolez des Doritos à tremper dans la salsa piquante et les Lays à grignoter à l’apéro, vous allez être déçu. L’entreprise Frito-Lay, qui possède ces deux marques, a déclaré au média américain The week qu’ils allaient « retiré un tout petit peu du sac pour pouvoir [nous] offrir le même prix et [nous] permettre de continuer à apprécier [nos] chips ».

On n'est pas à 5 chips près

Pas de quoi se mettre la rate au court-bouillon pour autant : la plupart des personnes ne remarqueront même pas qu’il manque des chips. Et pour cause : l'entreprise précise qu’elle ne retire que 5 chips par paquet. On devrait pouvoir réussir à surmonter ça. Si cet effort a l'air minime à l’échelle individuelle, il peut avoir de grandes conséquences pour l’entreprise.

 

D’après nos confrères de Konbini Food, qui s’appuient sur les propos du Times, cette pratique permettrait d’économiser environ 21 centimes par paquet. Quand on sait que l’entreprise produit plusieurs milliers de paquets par jour, ça fait de sacrés économies…

En cause : la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine provoque des problèmes d'approvisionnement.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’Ukraine est au cœur d’un conflit. Or, ce pays -que l’on surnomme parfois le grenier de l’Europe- exportait 21,7 millions de tonnes de pommes de terre en 2019. C’est peu, en comparaison de la France ou de la Belgique, mais c’est tout de même une quantité non négligeable qui ne circule plus à cause de la fermeture des ports, l'arrêt de la production dans les usines et le manque de main d'oeuvre dans les champs.

 

Evidemment, la guerre en Ukraine a des conséquences bien plus dramatiques et sérieuses que la baisse des exportations d’huile et de pommes de terre. Il n’empêche que cette guerre a également des effets collatéraux, dont la hausse des prix des matières premières. Pour y faire face, les marques augmentent leurs prix, réduisent leurs marges ou diminuent la quantité de produits dans chaque paquet. Une des solutions reste de faire vos chips de pommes de terre maison avec notre recette.

 

Le même problème d’approvisionnement se ressent avec l’huile de tournesol. L’Ukraine est le premier pays producteur de tournesol au monde, avec 4 400 324 tonnes produites par an. L’Ukraine et la Russie représentent à eux deux 50% de la production mondiale d’huile de tournesol. Or, cette huile est indispensable pour faire des chips de pommes de terre. La demande étant très forte et l'offre quasi nulle en ce moment, le prix de l'huile de tournesol a augmenté de 50% depuis le début de la crise ukrainienne. Pas étonnant donc que la production de chips soit chamboulée. Mais, encore une fois, nous tenions à relativiser ce sujet qui reste moindre par rapport aux multiples conséquences bien plus dramatiques de ce conflit.

 

Sources : Konbini Food, The Week, Times, FranceAgrimer pour la production de pommes de terre, Atlasbig pour la production d'huile de tournesol, BFM pour le prix de l'huile de tournesol

Vidéo suggérée

Dans le même univers