• Connexion
  • Inscription
Ce changement va totalement bouleverser le nutri-score de vos produits préférés

Le nutri-score, ce petit logo composé de 5 lettres apposées sur un dégradé de couleurs allant du vert au rouge, va évoluer. Adopté en 2017, il va bientôt être repensé pour s'adapter aux nouvelles recommandations nutritionnelles. Voici ce qui va changer. 

Le nutri-score va évoluer en 2023. Adobestock

5 lettres qui en disent long sur la qualité du produit. 5 couleurs pour informer rapidement et facilement le consommateur. Voilà l'ambition qu'avaient les concepteurs du nutri-score à son lancement, en 2017. Mais, face aux critiques qui se multiplient à son encontre, les règles du jeu vont changer pour s'adapter aux nouvelles recommandations nutritionnelles.

 

Le code couleur ne va pas se refaire une beauté, mais les critères pour afficher un gros A vert rassurant ou un D orange alarmant vont être revus. C'est ce qu'a annoncé la journaliste Frédérique Prabonnaud ce lundi 17 octobre sur le plateau du 12/13 de France 3. On fait le point sur les évolutions à venir.

 

 

Des infos nutritionnelles lisibles et compréhensibles par tous

Ce logo, désormais connu de tous les consommateurs, a un seul mot d'ordre : la lisibilité. L'objectif de l'Agence nationale de sécurité sanitaire et du Haut Conseil de la Santé Publique, à partir des travaux de l’équipe du Pr. Serge Hercberg (chercheur à l'Inserm), était évident. Le nutri-score doit simplifier la lecture et la compréhension des valeurs nutritionnelles pour le grand public qui n'a ni le temps, ni l'envie ni toujours les connaissances nécessaires pour décrypter le tableau de valeurs nutritionnelles de chaque produit.

 

Concrètement, lorsque le consommateur se trouve dans le rayon céréales ou biscuits, il peut facilement prêter attention aux valeurs nutritionnelles résumées par le nutri-score pour comparer les produits d'une même gamme ou d'un même rayon. Grâce à cette aide, le consommateur devrait pouvoir mieux manger.

 

Le point fort du nutri-score est son universalité. Pas besoin de notice d'utilisation pour comprendre que le A vert est à privilégier sur le E rouge. Pas besoin non plus de posséder le dernier Galaxy S22 pour avoir les infos puisque le nutri-score ne requiert ni appli ni décrypteur de QR code ; il est directement apposé sur les paquets. Sur la forme, tout roule. C'est plutôt le fond qui a valu au nutri-score quelques attaques depuis 2017.

 

Mieux s'adapter aux nouvelles recommandations nutritionnelles

Jusqu'à présent, le score nutritionnel de chaque aliment était défini d'après les calculs d'un algorithme qui prend en compte la teneur en nutriments dits "favorables" (fibres, protéines, fruits et légumes) et celle de nutriments "à limiter" (apport énergétique, acides gras saturés, sucres et sel), le tout sur 100g de produit. 

 

Ce calcul, bien qu'intéressant, s'appuie sur la théorie et non l'intérêt corrélé à la quantité utilisée. Mais, plus important, il n'est plus forcément d'actualité car les connaissances scientifiques en matière d'alimentation et les recommandations nutritionnelles ont évolué depuis 2017.

 

Pour remédier à ces lacunes, des mesures seront bientôt prises, d'après la journaliste Frédérique Prabonnaud invitée sur le plateau du 12/13h de France 3. "On va garder les mêmes couleurs, du vert au rouge, et les lettres du A au E, mais les critères qui permettent d'arriver à ce score vont changer l'an prochain", détaille-t-elle. 

 

Carton rouge pour la viande rouge

Concrètement, la note sera dégradée pour les produits à base de viande rouge en raison du risque de cancer du côlon, les produits très sucrées pour les risques de diabète de type-II et les plats préparés, notamment à cause de leur teneur en sel, en sucres ou en additifs. Récemment, on apprenait que les Français mangeaient près de 4kg d'additifs par an, dont l'impact sur notre santé est questionné. Certaines études expérimentales suggèrent des effets potentiellement néfastes de certains des additifs les plus consommés par les Français.

 

Pointer du doigt les mauvais élèves, c'est une chose. Mais il faut aussi valoriser les produits bons pour la santé. C'est ce qui est envisagé. D'ici 2023, les aliments riches en Oméga-3 comme les poissons gras, les huiles végétales, les oléagineux et les graines, verront leur note augmenter. Les céréales complètes verront également leur nutri-score évoluer positivement. 

 

Ces nouvelles mesures visent à inciter les Français à adopter une alimentation diversifiée et équilibrée, tout en collant au maximum aux recommandations de l'Anses et du Programme national nutrition santé dont les objectifs principaux pour 2022 sont d'accentuer la consommation de fibres, de légumineuses et de céréales complètes et de réduire la consommation de viande rouge, charcuterie et produits ultra-transformés. 

Vidéo suggérée

Vous regardez : Quels sont les produits de saison en février ? Video 1 sur 2

Dans le même univers