Logo de la boutique de 750gPanier
Mon compte
  • Inscription

Que valent vraiment les produits allégés ?

Les produits lights ne sont pas forcément moins caloriques, et leurs compositions peuvent intégrer davantage d'additifs que leurs équivalents non allégés. Explication.

 

Entre votre crème dessert préférée, tellement bonne, et celle allégée en sucres, votre cœur balance ? Et pour cause : vous imaginez peut-être que le produit light est plus sain et moins calorique que sa version classique... Ce qui n'est, en réalité, pas toujours le cas. C'est ce que nous explique Florence Thorez, diététicienne-nutritionniste et membre de l'AFDN.

 

"Un produit peut porter l’appellation allégé ou light si sa teneur en un nutriment à été réduite d'au moins 30% par rapport à un produit similaire. Le problème, c'est que lorsque l'on réduit la présence d'un ingrédient, on en augmente un autre pour compenser. Une tablette de chocolat allégée en matières grasses, par exemple, contiendra probablement plus de sucres que la tablette classique.

 

Allégé, oui, mais pas moins calorique

 

La mention "allégé" signifie donc qu'un des nutriments a été réduit, mais certainement pas que le produit est moins caloriques. Et ça, tout le monde ne le sait pas. "L'enjeu, c'est donc de ne pas tomber dans le piège de la surconsommation en pensant que, puisque c'est allégé, on peut en manger plus" poursuit la diététicienne-nutritionniste. D'autant que certains produits light peuvent être source de frustration, du fait des différences de saveurs par rapport au produit classique.

 

Moins de sucres pour plus d'additifs ?

 

Alors, pour ne pas que les consommateurs aient la sensation de se priver en mangeant des produits allégés, les industriels ajoutent des additifs. Le but ? Se rapprocher au maximum des textures et saveurs du produit d'origine. Épaississants pour combler l'absence de graisses, conservateurs pour assurer la longévité du produit malgré le manque de sucre, arômes et édulcorants ajoutés... Un goût et une présentation similaires, certes, mais avec une liste d'ingrédients qui s'allonge.

 

Désormais, lorsque l'on choisira notre yaourt light ou notre beurre à 60% de MG, on le fera en connaissance de cause.

 

Merci à l'Association Française des Diététiciens-Nutritionnistes et à Mme. Florence Thorez.

Vidéo suggérée