• Connexion
  • Inscription
Cet ingrédient incontournable de l’été va vous coûter plus cher cette année !

Dernièrement, de nombreux aliments ont vu leur prix flamber. Après les pâtes, le café ou encore la moutarde, c’est l’un des légumes star de l’été qui risque d’être touché par l’inflation. Mais alors, de quoi s’agit-il ?

@ Adobe Stock/ Les tomates en danger 

Avec le conflit russo-ukrainien, le prix du gaz et de l’énergie ne cessent d’augmenter. Or, cela a aussi un impact sur certaines cultures. Si la guerre en Ukraine ne fait qu’accentuer l’inflation de certains produits, elle va toucher le légume chouchou de l’été : la tomate française. Après l’augmentation du prix des œufs qui risque de chambouler notre quotidien, il faut dire qu’aucun produit n’est vraiment à l’abri.

Un produit phare en danger

Les tomates sont très appréciées par les Français. Ronde, allongée, en grappes ou même cerises, on ne se lasse pas de tout ce choix. D’ailleurs, un ménage consomme en moyenne 13 kilos de tomates par an selon les chiffres de l’association Tomates et concombres de France.

 

Avec la guerre en Ukraine, le prix du gaz connaît une hausse inédite et exorbitante. Pour pouvoir payer leurs factures, les producteurs devraient doubler le prix des tomates. C’est impensable pour le consommateur.

 

Si le prix de la tomate française explose, le client risque de se rabattre sur les tomates venues d’Espagne ou du Maroc pour ne pas se ruiner en allant chez le primeur. Cela serait encore pire pour les producteurs. Actuellement, la tomate d’origine France présente 65 % à 80 % des tomates achetées dans l’Hexagone entre avril et septembre.

La culture sous serre en cause

Si les tomates françaises sont aussi influencées par l’augmentation du coût de l’énergie, c’est parce qu’elles sont de plus en plus produites hors-sol dans des grandes serres chauffées au gaz. Ce mode de culture a été adopté depuis 1980 afin d’augmenter la production pour répondre au mieux à la demande du consommateur.

 

En France, plus de 90% des tomates sont cultivées sous serre. Si cette culture est privilégiée, c'est parce qu'elle assure une croissance idéale à la plante en la protégeant des agressions extérieures comme les intempéries. Elle permet d'assurer de belles récoltes sur une longue période et d'avoir des fruits bien mûrs. 

 

Il est primordial que les serres soient bien chauffées. Dans le cas contraire, les tomates pourraient développer un champignon. C’est ce qui est arrivé à un producteur que la chaîne TF1 a rencontré. Il s’est vu obligé d’arrêter de chauffer ses serres. La température est donc passée de 21°C à 17°C : ses cultures souffrent du botrytis, un champignon compromettant la moitié de sa production de tomates. Les producteurs de tomates risquent de connaître une crise historique comme celle de la filière du porc. 

Vidéo suggérée

Dans le même univers