• Connexion
  • Inscription
Si vous pouvez boire du lait, c'est que vous n'êtes pas normal

Dans Stranger Things, Eleven peut bouger les objets par la pensée. Iron Man a une force surhumaine. Buzz l’Eclair vole vers l’infini et l’au-delà. Et vous, vous êtes capable de boire du lait. C’est une qualité extraordinaire, voire clairement une mutation génétique, et on vous explique pourquoi. 

Pour la plupart des personnes, les produits laitiers ne sont pas vraiment leurs amis pour la vie. Une tasse de lait écrémé à jeun et un plat préparé avec de la crème fraîche dans la même journée, et c’est le branle-bas de combat dans le tube digestif. Et ces effets concernent beaucoup de personnes, à tel point que certaines se demandent si le lait est mauvais pour la santé des adultes.

Tout est une question de lactase

Pour digérer le lactose, il faut une enzyme particulière. Adobestock

Enfant, vous pouviez ingurgiter des litres de lait sans problème car votre corps produisait une enzyme, la lactase, dont le rôle est de digérer le lactose, le sucre du lait. Mais en grandissant, cette enzyme devient de moins en moins efficace. Elle se raréfie dans notre tube digestif. Résultat : elle ne peut gérer qu’une faible quantité de lactose. 

 

L’efficacité de la lactase, et donc la quantité de lactose qu’on peut consommer, varie en fonction des personnes et de ce que l’on mange. Pour certains, une tasse de lait écrémé sera déjà trop. Pour d’autres, le seuil de tolérance est plus élevé et ils pourront manger d’autres produits laitiers riches en lactose. Produire ou non de la lactase est un peu le fruit du hasard... ou plutôt de la génétique. Explications.

Si vous digérez le lait, c'est grâce à une mutation génétique d'il y a 10 000 ans

On produit de la lactase grâce à une mutation génétique. Adobestock

Au Proche-Orient puis en Europe, on a commencé à élever des vaches il y a 10 000 ans. C'est là qu'intervient la théorie de l'évolution et la sélection naturelle. Résumer la théorie de l'évolution de Darwin en 2 lignes ? Challenge accepted. En gros, retenez que les espèces vivantes évoluent au fil du temps. Si une mutation génétique permet de survivre et d'être mieux adapté à l'environnement dans lequel elles évoluent, alors les espèces qui possèdent cette mutation vont se reproduire quand les autres ne survivront pas. Laure Ségurel, chargée de recherche au CNRS, a expliqué pourquoi à la journaliste scientifique Camille Gaubert dans un article de Sciences et avenir.

 

"En Afrique, on suppose par exemple qu’un régime alimentaire à base de lait pourrait diminuer la transmission du paludisme – un avantage important dans une région très touchée par cette maladie mortelle. En Europe du Nord, on avance que le calcium a permis d'augmenter la fixation de la vitamine D, dont la principale source est l'ensoleillement, rare la moitié de l'année dans ces contrées. Enfin, certains avancent que le lait aurait été une source d’eau moins contaminée en périodes de sècheresse."  

  

Au fil du temps, les personnes ayant cette mutation génétique se sont reproduites et, comme le gène était utile à la survie de l'espèce, il se transmettait. Aujourd'hui, 90% des personnes en Europe possèdent ce gène responsable de la production de lactase.

Certains n'ont pas le gène permettant l'expression de la lactase. Adobe

Une mutation génétique qui ne touche pas tout le monde

Mais ce n'est pas le cas dans d'autres régions du monde. Comme le lait était peu consommé dans certaines parties du globe ou peu utiles à la survie de certaines personne compte-tenu de leur mode de vie et habitudes alimentaires, certains n’avaient pas besoin du gène responsable de la production de lactase pour survivre.

 

Dans l'ADN, la règle est simple : si ça ne sert à rien, ça disparaît au fil des générations (et ça s'appelle l'évolution). Cette absence de mutation génétique se remarque encore aujourd'hui : en Asie et en Extrême-Orient par exemple, 90% des personnes ne digèrent pas le lactose. Mais, entre nous, ne pas digérer le lactose peut aussi être une chance, car ces personnes n'auront pas à se soucier de la potentielle pénurie de lait qui pourrait nous frapper dans les prochaines semaines. Ils ne se posent pas non plus la question de savoir combien de temps se garde une bouteille de lait entamée puisqu'ils n'en boivent pas.

Vidéo suggérée

Dans le même univers