• Connexion
  • Inscription
Manger régulièrement des épices et des herbes aromatiques pourrait aider à booster son microbiote

Prendre soin de son microbiote intestinal au quotidien, c’est possible. Il suffit simplement d’utiliser chaque jour des épices et herbes aromatiques. Ce sont du moins les résultats d’une étude menée par des chercheurs de la National University of Natural Medicine de Portland (Oregon). On vous explique tout.

Voir la suite de cet article plus basManger régulièrement des épices et des herbes aromatiques pourrait aider à booster son microbiote
Vidéo suggérée Quels sont les produits de saison en juin ? Video 1 sur 2

© Adobe stock 

D’après l’INSERM, “un microbiote est l’ensemble des micro-organismes – bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes, dits commensaux – qui vivent dans un environnement spécifique. Dans l’organisme, il existe différents microbiotes : au niveau de la peau, de la bouche, du vagin, des poumons… Le microbiote intestinal est le plus « peuplé » d’entre eux, abritant 1012 à 1014 micro-organismes”. Ils sont principalement situés dans l’intestin grêle et le côlon. Cette flore intestinale joue un rôle essentiel dans les fonctions digestives, métaboliques, immunitaires et neurologiques. Il est donc important d’en prendre soin, notamment via une alimentation bien particulière.

Des épices et des herbes aromatiques pour prendre soin de son microbiote

Dans une étude récente relayée par Passion santé, des chercheurs de la National University of Natural Medicine de Portland (Oregon) ont démontré que la consommation quotidienne d’herbes aromatiques et d’épices pourrait avoir un impact sur la santé de notre microbiote. Cet effet serait dû à la présence de polyphénols dans le poivre, la cannelle, l’ail, etc. 

Les polyphénols sont des composés présents dans de nombreux aliments d’origine végétale. Ils sont connus pour leur propriété antioxydante, ce qui aide à protéger les cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. En consommer permet de réduire le risque de développer certaines maladies comme le diabète ou des maladies cardiovasculaires

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié la consommation de six aliments en particulier : le poivre noir, la cannelle, le gingembre, l’ail, le curcuma et l’oignon. Ils ont ensuite comparé la diversité du microbiote intestinal et sa relation avec un apport en polyphénols. Résultat : on constate plus de bonnes bactéries ( Lactobacillus et de Sutterella) en cas de consommation élevée de polyphénols. La bactérie Lactobacillus aide à prévenir les troubles intestinaux. De plus, le nombre de mauvaises bactéries était plus faible. Selon les auteurs de l’étude, "les résultats suggèrent que la consommation de quantités plus importantes de polyphénols peut favoriser un environnement intestinal où les bactéries opportunistes et pathogènes sont représentées en moindre quantité relative par rapport à celles qui ont des qualités potentiellement moins virulentes". La consommation d’épices et d’herbes aromatiques influencent donc positivement la flore intestinale et permet une meilleure santé générale.

Dans quelles épices peut-on trouver des polyphénols ?

Pour profiter des polyphénols contenus dans certaines herbes et épices, il est conseillé d’ajouter quotidiennement à vos plats : de la cannelle, des clous de girofle ou du poivre de Jamaïque. Il est aussi possible d’utiliser du basilic, de l’origan, des feuilles de laurier, du thym, du cumin, du romarin, du persil, de la sauge ou du curcuma. 

 

Dans une moindre mesure, l’oignon, l’ail, la coriandre, la menthe ou le paprika en contiennent également.

Dans le même univers